Lancez-vous ! Indy vous offre la création de votre entreprise : prendre rendez-vous

Pourquoi passer en société ?

Lorsque son activité se développe, la micro-entreprise ou l’entreprise individuelle peuvent être limitées et le besoin de passer en société peut se faire sentir. Ce statut a en effet de nombreux avantages pour ceux qui veulent s’associer ou déduire certains de leurs frais. Quels sont ses avantages, quelles sont les différences avec les autres statuts et dans quels cas passer en société plutôt qu’à un autre statut ?

Pourquoi passer en société ?

Sommaire

  1. Passer en société pour s’associer
  2. Passer en société pour ne plus se limiter
  3. Passer en société pour déduire ses rémunérations
  4. Passer en société pour transmettre
  5. Entreprise individuelle ou société ?

Cet article a été initialement diffusé sur le groupe Facebook Compta Pour Les Professions Libérales, réseau d'entraide des praticiens libéraux dans leur comptabilité.

Abonnez-vous à la newsletter Indy

Passer en société pour s’associer

Premier argument pour passer en société : la possibilité de s’associer avec d’autres entrepreneurs ou de faire appel à des actionnaires. En effet, il est impossible de partager la direction d’une micro-entreprise ou d’une entreprise individuelle et si l’on souhaite faire appel à des levées de fonds, seule une société peut le permettre. Cela vient bien sûr avec des inconvénients potentiels puisque vous n’aurez plus la mainmise complète sur votre entreprise, mais le jeu en vaut parfois la chandelle. Comme le dit le proverbe, seul on va plus vite, ensemble on va plus loin !

Passer en société pour ne plus se limiter

Pour le cas des micro-entreprises uniquement, nous vous rappelons que vous avez des plafonds de chiffre d’affaire qui limitent vos agissements : 77 700 € (services) ou 188 700 € (ventes) pour la sortie du régime auto entrepreneur. En société, sky is the limit ! Attention toutefois, car en fonction de vos revenus l’imposition peut changer. En effet, vous pouvez bénéficier à certaines conditions du taux réduit de 15% sur les premiers 42 500 € de votre bénéfice (CA – charges) qui est lié à l’impôt sur les sociétés. Si vous en bénéficiez, tout bénéfice au-delà de 42 500 € sera taxé à 25%, à savoir le taux normal d’imposition.

Passer en société pour déduire ses rémunérations

En effet, lorsque vous passez en société vous avez le droit de déduire vos rémunérations de votre bénéfice en les passant en charges à l’impôt sur les sociétés, chose que vous ne pouvez pas faire en micro-entreprise ou en entreprise individuelle (passer à l’impôt sur les société en entreprise individuelle est désormais possible, mais c’est assez risqué étant donné que la mesure n’a pas encore fait ses preuves). C’est un argument non négligeable puisqu’en entreprise individuelle, quelle que soit votre rémunération, plus vous gagnez de chiffre d’affaires plus vous payez d’impôts. En société c’est presque l’inverse : plus votre rémunération est élevée et moins vous payez d’impôts puisque votre rémunération est déduite de votre chiffre d’affaires.

De plus, le surplus de chiffre d’affaires au-delà de votre rémunération peut soit être capitalisé dans la société soit redistribué en dividendes. Cette opération peut-être effectuée par une entreprise individuelle à l’impôt sur les sociétés, mais les dividendes y sont « surtaxés » puisque soumis aux mêmes cotisations sociales que votre rémunération.

Groupe d'entrepreneurs réunis autour d'une table

Passer en société pour transmettre

Dernier argument en faveur du passage en société, la possibilité de transmettre plus facilement son patrimoine professionnel en cas de départ à la retraite ou dans le pire des cas, de décès. Si une entreprise individuelle est indivisible et demande donc l’accord des héritiers pour la transmettre à une seule et même personne, une société peut se diviser en parts sociales. C’est par exemple le cas des SCI, ou sociétés civiles immobilières, qui permettent de créer ou gérer un projet immobilier à plusieurs. Au départ d’un des associés, quelle qu’en soit la raison, ses parts sociales sont rachetables par ses anciens associés, voire réparties entre eux en fonction de ce que les statuts ont décidé. Passer en société est donc également une bonne idée si vous comptez transmettre votre entreprise à vos descendants ou à un repreneur.

Entreprise individuelle ou société ?

Il n’y a pas de réponse idéale à cette question, cela dépendra surtout de votre situation. Si vous ne comptez pas vous associer à moyen terme, que votre entreprise ne vous fait pas passer dans une tranche d’imposition trop élevée et que vous préférez les formalités comptables et de création plus simples, l’entreprise individuelle est mieux pour vous. Cependant retenez que ce statut limite votre croissance, et peut avoir certains désavantages fiscaux si vous passez dans une tranche d’imposition supérieure.

Une société vous permettra de vous associer et dispose d’un capital social, souvent du montant de votre choix mais qui, s’il est important, peut rassurer investisseurs et prestataires. Ceci étant dit, si vous préférez le statut d’entreprise individuelle mais souhaitez vous associer malgré tout, des formes juridiques comme la SCM (Société Civile de Moyens) vous permettent de mutualiser vos dépenses pour faire des économies d’échelle ou co-investir dans du matériel coûteux. Le tout en gardant votre statut ! Pour en savoir plus, consultez notre article sur les SCM.

Vous avez encore des questions ? Faites appel à l’équipe d’Indy en commentaire et nous vous répondrons rapidement ! Vous pouvez également rejoindre notre groupe facebook de comptabilité pour partager vos problématiques avec notre communauté d’indépendants !

Découvrez l'application tout-en-un des indépendants - Créer un compte
par Valentin Thomas

Rédacteur pour Indy, la comptabilité des indépendants tout simplement.

2 commentaires
  1. Ruddy CIMIA

    Salutations à tous,
    Je suis actuellement en création d’entreprise et je suis entrain de chercher la meilleure solution vu que je suis toujours salarié dans une entreprise.

    Cordialement

    1. Valentine Flehoc

      Bonjour Ruddy,
      Je vous conseille cet article sur le sujet 🙂

Laisser un commentaire

Prêt pour la vraie indépendance ?

Comme 90 000 indépendants, gérez, pilotez et déclarez vous-mêmes.

Sans engagement - Sans carte bleue