Le jour de l’Indypendance a sonné ! Vous êtes 100 000 sur Indy. Merci

Vélo et trottinette, comment comptabiliser mes frais de déplacement ?

Vous devez certainement vous déplacer pour votre activité, chez des clients ou des patients notamment. Bien que la voiture soit le mode de transport le plus répandu, de nouveaux modes de déplacement obtiennent de plus en plus d’adeptes : le vélo, mais aussi la trottinette, électrique ou non. Plus écologiques, ils aident également à se maintenir en bonne santé et sont beaucoup moins chers qu’un véhicule. Autant d’avantages qui expliquent l’explosion du marché : en 10 ans, le nombre de vélos électriques vendus en France a augmenté de 90%. De nombreux professionnels libéraux ont donc choisi ce mode de déplacement et se demandent comment l’intégrer dans leur comptabilité. Voici notre réponse !

Vélo et trottinette, comment comptabiliser mes frais de déplacement ?

Le saviez-vous ?
En tant qu’indépendant, vous n’avez aucunement l’obligation de faire appel à un comptable ! Faites confiance à Indy pour réaliser vos déclarations en quelques clics seulement ! 💻
J’essaye Indy gratuitement💫


📝 En résumé : 

  • Les frais de déplacement à vélo ou trottinette sont déductibles en charge pour les indépendants ;
  • Si vous achetez une trottinette ou un vélo à titre professionnel, vous devrez l’immobilier pour le prix d’achat et l’amortir sur plusieurs années. Vous ne pourrez pas appliquer le barème kilométrique. Vous pourrez toutefois déduire les charges d’entretien, de réparation et d’assurance ;
  • Vous louez un vélo ou une trottinette ? Vous ne pourrez pas l’amortir, vous pourrez néanmoins déduire les frais de location ; 
  • Des aides financières locales existent pour l’achat de vélos électriques pour les indépendants ; 
  • Le forfait mobilités durables permet aux employeurs d’indemniser les trajets « à mobilité douce » de leurs salariés ;
  • Les entreprises peuvent bénéficier d’une réduction d’impôts pour la mise à disposition gratuite de vélos à leurs salariés, couvrant les frais d’achat, d’entretien, et d’aménagements. 

Frais de vélo ou de trottinette : déductibles ou non-déductibles ? 

De manière générale, les frais de déplacement domicile-travail sont déductibles en charge. Selon le BOFIP,

“les frais de déplacement que les titulaires de bénéfices non commerciaux exposent pour se rendre à leur lieu de travail et en revenir sont, en règle générale, inhérents à leur fonction et doivent, par suite, être admis en déduction.”

Les vélos et trottinettes sont considérés comme des moyens de déplacement et bénéficient donc également d’un traitement comptable.

Dois-je immobiliser mon vélo ?

La bicyclette et la trottinette sont considérées comme des moyens de transport. Lorsque vous en achetez un à titre professionnel, vous devez l’intégrer à votre patrimoine pro et donc le faire entrer dans vos immobilisations, quel que soit son prix. Vous pourrez alors l’amortir sur plusieurs années et déduire ces amortissements en charge, comme n’importe quel véhicule. La durée des amortissements dépend de votre utilisation, l’usage est d’opter pour un amortissement sur 4 ou 5 ans.

Exemple : Vous achetez un vélo électrique à 1500€ et évaluez votre utilisation à 5 ans.
1500 / 5 = 300. Vous pourrez alors déduire en charge 300€ pendant 5 ans pour amortir le prix d’achat.

Si vous utilisez un logiciel de comptabilité comme Indy, vous devez classer cet achat dans vos immobilisations. Concernant les amortissements, Indy effectue lui même le calcul et entre directement le montant à déduire en charge dans votre 2035. A noter qu’un vélo électrique sera à catégoriser en « Matériel électrique ».

Bon à savoir 
Vous pouvez amortir en quelques clics seulement votre vélo sur Indy !  💻
Je m’inscris 🤩

Comment déduire mes frais ?

En tant qu’indépendant, vous ne pouvez pas bénéficier du barème d’indemnités kilométriques pour les vélos et les trottinettes, même électriques. Seuls les salariés sont concernés. Vous pouvez cependant, comme dans le cas d’une voiture, déduire en charge les frais d’entretien, de réparation et d’assurance, au prorata de votre utilisation professionnelle. Si votre bicyclette est inscrite dans vos immobilisations, vous pouvez comme expliqué ci-dessus déduire le prix d’achat par le biais des amortissements. En revanche, s’il est inscrit dans votre patrimoine personnel, le prix d’achat restera entièrement à votre charge, vous ne pourrez pas effectuer d’amortissement.

La trottinette comme moyen de déplacement

Et si je préfère la location ?

De nombreuses solutions de location existent, de la location à une agence aux vélos partagés disponibles dans de nombreuses grandes villes. Dans ce cas, vous n’êtes pas propriétaire et n’avez pas de prix d’achat à amortir. Seuls les frais de location, d’entretien et d’abonnement pour les systèmes tel Vélib’ ou Vélo’v sont donc déductibles en charge, au prorata de votre utilisation professionnelle toujours. Des offres de leasing, location avec option d’achat, font également leur apparition. Tant que vous n’êtes pas propriétaire, vous devez le comptabiliser comme une location classique. Si vous décidez de l’acheter à la fin de la période contractuelle, vous pouvez l’immobiliser pour le reste de sa valeur (celle qu’il vous reste à payer pour l’acheter, et non son prix global) et continuer à déduire vos frais d’entretien.

Les aides à l’achat de vélo électrique pour les indépendants, TPE et PME

Si des aides à l’achat pour un vélo à assistance électrique existent pour les particuliers sous conditions, les entreprises ne sont pas en reste avec de nombreuses initiatives locales dont vous pourrez bénéficier. Voici une liste de ces initiatives que vous pourrez solliciter si vous habitez dans la localité concernée.

Aides à l’achat de vélo électrique pour les indépendants à Nantes

Pour qui ?
Livreurs, commerçants et professionnels de soin à domicile entre autres professions localisés sur le territoire de la métropole.

Quel montant ?

25% du coût TTC du vélo, dans la limite de 400 € par vélo et 10 véhicules subventionnés.

Comment demander la subvention ?

Remplissez le dossier téléchargeable sur cette page et l’envoyer à l’adresse indiquée.

Aides à l’achat de vélo électrique pour les indépendants à Paris

Pour qui ?

Auto-entrepreneurs, TPE et PME parisiens jusqu’à 50 salariés

Quel montant ?

Trois mesures s’offrent à vous :

  • Jusqu’à 400 € pour l’achat ou la location d’un vélo à assistance électrique.
  • Jusqu’à 1200 € pour l’achat ou la location d’un triporteur ou vélo cargo électrique ou non.
  • Jusqu’à 400 € pour la transformation d’un vélo classique en vélo électrique.

Comment demander la subvention ?

Rendez-vous sur ce site, cliquez sur le bouton de demande d’aide en dessous des mesures 10 à 13 et créez votre compte pour accéder au formulaire.

Aides à l’achat de vélo électrique pour les indépendants en Île de France

Pour qui ?

Tous les franciliens en faisant la demande. Cependant le budget s’élevant à 12 millions d’euros par an depuis 2020, la région estime que le nombre de bénéficiaires devrait atteindre entre 20 000 et 30 000 franciliens.

Quel montant ?

  • 500 euros maximum pour un vélo à assistance électrique neuf (50% du prix TTC aides locales comprises) ou un vélo cargo sans assistance et ses accessoires de sécurité.
  • 600 euros pour un vélo cargo avec assistance électrique.

Comment demander la subvention ?

Détails et conditions sur le site Île de France mobilités.

Vélo partagé

Les avantages du vélo et de la trottinette pour les indépendants employeurs

Outre ses avantages écologiques indiscutables, le vélo peut avoir des bénéfices fiscaux et d’image majeurs si vous avez des salariés. On en compte notamment deux en particulier que nous allons vous présenter ci-dessous.

Le forfait mobilités durables

Le forfait mobilités durables, destiné aux salariés se déplaçant au travail en transport dits « à mobilité douce », vous permet d’indemniser ces trajets à hauteur de 500 € par an et par bénéficiaire (depuis le 1er janvier 2021), sans aucune charge ni cotisation sociale. A noter que sont concernés les moyens de transport suivants :

  • Le vélo, avec ou sans assistance ;
  • Les scooters ou trottinettes électriques ;
  • Le covoiturage (en tant que conducteur ou passager) ;
  • Les transports publics de personne, hors prise en charge obligatoire des frais d’abonnement ;
  • Les autres services de mobilité partagée.

Vous l’aurez donc peut-être compris, la prise en charge obligatoire des frais de transport en commun et celle des autres moyens de transport sont cumulables, et l’exonération s’appliquera aux deux dans la limite de 600 euros (contre 500 auparavant). Ce qui permettra de prendre en charge les frais d’entretien de votre vélo tout en prenant les transports en commun lorsque les intempéries vous empêcheront de pédaler par exemple.

Exemple :
Votre salarié bénéficie de la prise en charge des transports en commun sur 360 € et du forfait mobilités durables pour 260 € : le forfait mobilités durables ne pourra être exonéré qu’à hauteur de 240 € (car 600 – 360 = 240 €). Il restera donc 10 € à la charge de votre salarié.

Si appliquer le forfait mobilités durables n’est pas obligatoire et qu’il nécessite un accord d’entreprise, interentreprises ou de branche, vous aurez de nombreux avantages à l’appliquer.

  • Il montrera à vos salariés que l’écologie est importante pour votre entreprise et leur fournira un complément de rémunération dénué de toutes charges et impôts.
  • C’est de plus quelque chose que vous pouvez mettre en avant auprès de vos clients, partenaires et fournisseurs, ainsi qu’un petit plus pour rechercher vos futurs collaborateurs.
  • Enfin, inciter vos salariés à venir en vélo les mettra en meilleure forme physique, ce qui vous évitera qu’ils aient des problèmes de santé et ne soient plus disponibles pour venir travailler.

La réduction d’impôt sur les sociétés pour la mise à disposition de vélos aux salariés

Bien que réservée aux entreprises soumises à l’impôt sur les sociétés, cette remise d’impôt peut en intéresser certains. Si vous mettez gratuitement un ou plusieurs vélos à disposition de vos employés, vous pourrez bénéficier d’une réduction d’impôts sur les frais engendrés par cette opération. Les frais concernés sont :

  • Les dotations aux amortissements liées à l’achat ou la location de vélos et d’accessoires (antivols, casques et autres protections).
  • Les frais d’entretien et les assurances.
  • Les dotations aux amortissements liées à la construction, l’aménagement ou la location d’une aire ou d’un local à vélos.

Le montant de la réduction d’IS pour la mise à disposition de vélos est en principe égal aux dépenses éligibles. Cependant, en pratique, la loi prévoit un plafond maximal fixé à 25% du prix d’achat ou de location de la flotte. Dans les cas où la réduction dépasserait l’impôt dû, le surplus n’est ni reportable ni restituable. Cette réduction d’IS vous est accessible dès le premier vélo (électrique ou classique) mis à disposition de vos salariés, saisissez cette occasion pour mettre votre entreprise au vert !

Et vous, quel moyen de transport utilisez-vous pour votre activité professionnelle ? Pour toutes questions complémentaires, laissez-nous un commentaire ci-dessous ou bien discutez-en avec la communauté sur le groupe Facebook. Pour les utilisateurs d’Indy, vous pouvez nous contacter directement via le live-chat !

FAQ : Questions fréquentes 

Comment comptabiliser l’achat d’un vélo à titre professionnel ? 

Nous vous invitons à immobiliser le vélo dans le patrimoine de votre entreprise. L’usage est de l’amortir sur une durée de 4 à 5 ans. 

Comment bénéficier du bonus vélo ? 

Vous devez en faire la demande dans les six mois suivant l’acquisition du vélo. Cette dernière doit être déposée sur le site dédié primealaconversion.gouv.fr. Vous devrez alors transmettre plusieurs pièces justificatives et notamment la facture d’achat.

J’utilise un Vélo’v ou un Véli’b dans le cadre de mon activité, quelle TVA appliquer ?

Le Vélo’v ou d’un Véli’b est considéré comme un transport en commun, et puisque vous ne pouvez pas récupérer la TVA sur du matériel de transport de personnes, vous devrez appliquer un taux de 0%. 

Dois-je amortir mon vélo en TTC ou en HT ? 

Même si la TVA est non déductible, vous devez tout de même amortir votre vélo en TTC. 

Découvrez l'application tout-en-un des indépendants - Créer un compte
par Valentine Flehoc

Valentine est responsable du contenu chez Indy et la comptabilité n'a plus de secrets pour elle. Grâce à ses articles et ebooks informatifs, elle aide les entrepreneurs à mieux comprendre les aspects essentiels de la comptabilité.

26 commentaires
  1. Guillaume

    Existe-t-il un barème kilométrique pour les déplacements en vélo ? Et de combien est-il ?

    1. Valentine Flehoc

      Bonjour Guillaume,
      Il n’y a pas de barème kilométrique vélo pour les indépendants.

  2. Marion Boin

    Bonjour,
    Je suis ostéopathe en libéral. Je compte acheter un vélo électrique pour les trajets domicile travail pour 3 jours par semaine, je continuerai à faire le reste en voiture.
    Est-il possible de cumuler un Forfait barème Kilométrique pour la voiture et une immobilisation pour le vélo ? ( En sachant que ce sera uniquement du domicile perso-travail et non visite à des patients ?) Merci d’avance

    1. Valentine Flehoc

      Bonjour Marion,
      Oui vous pouvez déduire les frais réels de votre vélo électrique (y compris ses amortissements d’immobilisation), même si vous avez un véhicule au barème kilométrique à côté. 🙂

  3. chris

    Bonjour, est-il possible de déduire l’achat d’un vélo pour ses déplacement au travail ?

    1. Valentine Flehoc

      Bonjour Chris,
      Oui vous pouvez déduire l’achat d’un vélo pour vos déplacements professionnels. Idéalement, intégrez le dans votre patrimoine professionnel (en immobilisation).

  4. Marine

    Bonjour,

    Vous n’indiquez pas le bonus vélo dans les aides applicables. Pourtant il me semble que cela concerne également les personnes morales (sous conditions de revenus), qu’en pensez vous?

    1. Valentine Flehoc

      Bonjour Marine,
      Il s’agit en effet d’un dispositif de 2021, l’article n’a pas été mis à jour depuis. Nous notons de rajouter cette information, merci à vous !

  5. Collet Marie-Elise

    Bonsoir,
    J’ai acheté un vélo électrique fin 2020 afin de l’utiliser à 90% à usage professionnel, mais j’étais alors en micro-BNC. Est-il possible de l’amortir à partir de 2021 ? Comment faire ? Merci d’avance pour votre aide

    1. Valentine Flehoc

      Bonjour,
      Si vous étiez au réel en 2021, vous pouvez en effet l’amortir. Vous devez faire entrer ce vélo dans vos immobilisations à la date d’achat. Vous devez l’amortir sur 4 ou 5 ans, divisez donc son prix en 4 ou 5 et vous aurez le montant déductible pour 2021. Attention, vous ne pouvez pas déduire le montant de 2020, il est réputé inclus dans votre régime micro-BNC. 🙂

  6. Florent

    Bonjour, puis-je prendre un abonement veligo au nom et a la charge de ma SASU? Ou doi-je le prendre en mon nom puis me reverser 50% du cout mensuel en temps que salarie de ma SASU?

    1. Valentine Flehoc

      Bonjour Florent,
      Vous pouvez choisir l’une des deux méthodes. Attention cependant, si vous choisissez de prendre l’abonnement avec votre SASU, toute utilisation personnelle du vélo sera à considérer comme un avantage en nature pour vous, salarié de l’entreprise.

  7. FR

    Bonsoir, je viens d’acquérir un velo (non electrique) à 300euros, je peux donc l’immobiliser cependant quand je catégorise sur Georges, ils indiquent « tous les biens de valeur unitaire supérieurs à 500euros HT » est-ce que je peux quand même l’immobiliser ? Merci

    1. Valentine Fléhoc

      Bonjour,
      Oui vous pouvez tout à fait immobiliser ce vélo, même si sa valeur unitaire est inférieur à 500 euros HT.

  8. Delvaux Mathieu

    Bonjour,

    J’exerce dans deux cabinets différents.
    Puis-je déduire mes déplacements en frais kilométriques pour ma voiture pour le lieu 1.
    Et immobiliser mon vélo électrique (avec lequel je me rends à mon lieu de travail 2) et déduire le prix d’achat par le biais des amortissements ?

    Merci pour votre réponse.

    Bravo pour votre programme qui est très intuitif.

    1. Valentine Fléhoc

      Bonjour Mathieu,
      Les vélos électriques n’étant pas soumis au barème des indemnités kilométriques, vous pouvez tout à fait utiliser le barème pour votre véhicule, et immobiliser votre vélo. Ce dernier est à classer en « Matériel électrique », et non en véhicule.

  9. Claris-Depecker Tiphaine

    Bonjour,
    Qu’en est-il lorsqu’il s’agit d’un achat d’un vélo classique (non électrique) utilisé à 100% pour me rendre à mon cabinet, où dois-je le classer si je ne peux pas le classer en véhicule de tourisme ?
    merci,

    1. Valentine Fléhoc

      Bonjour,
      Le vélo est à immobiliser en « Matériel non électrique » 🙂

  10. Damien

    Bonjour, dans le cadre d’un achat de vélo (non-électrique) à usage pro mais dont le montant est inférieure à 300 €. Dans quelle catégorie des dépense est il le plus judicieux de la classer ? Dois-je faire un amortissement ? Mon usage est 100% pro, mais dois-je noter tout de même 90/10 ? Merci pour votre réponses

    1. Valentine Fléhoc

      Bonjour Damien,
      Quelque soit le prix de votre vélo, comme il s’agit d’une véhicule, vous devez l’immobiliser et déduire des amortissements.
      Si vous pouvez bien prouver que vous n’utilisez jamais votre vélo à usage personnel, vous pouvez le mettre en 100% professionnel.

  11. Marc

    ce qui est incroyable, c’est que les utilisateurs de véhicules thermiques peuvent bénéficier du barème des salariés et profiter d’un double effet : amortir le véhicule sur leur patrimoine professionnel tout en l’inscrivant à leur patrimoine personnel ! Cela revient donc moins cher de polluer

  12. Lucile Barré

    Si vous le classer dans materiel electrique, vous pouvez donc avoir également une voiture « pro ». Pour aller à mon Cabinet je souhaite prendre le vélo mais j’ai plusieurs fois des trajets plus long à faire par mois, où la voiture doit être utilisée. Peut-on donc cumuler velo et voiture ?
    Merci

    1. Valentine Fléhoc

      Bonjour Lucile,
      Vous pouvez bien entendu avoir plusieurs moyens de transport pour votre activité. Il vous faudra cependant calculer les frais de votre voiture au prorata temporis de votre utilisation professionnelle.

  13. Meurville

    Quel soulagement de trouver votre article. Merci infiniment. Je travaille à mon domicile, mais je souhaite utiliser un vélo électrique pour me rendre dans un espace de travail partagé distant de 10 km. Je vais donc l’acheter et déduire les frais comme vous le conseillez en Matériel électrique.

  14. GR

    Super valentine j’attendais cet article 🙂
    Il faudrait donc je suppose classer les cycles électriques en nature: « véhicule de tourisme » ? Et ainsi intégrer l’option « zéro émission de CO2 »
    🙂

    1. Valentine Fléhoc

      Bonjour, vous ne pouvez pas classer votre cycle électrique en « véhicule de tourisme » car il n’est pas considéré comme un véhicule et n’est donc pas soumis au barème kilométrique. Il ne peut donc pas intégrer l’option « zéro émission de CO2 », réservée aux voitures électriques. Sur Georges, ce type de vélo se classe dans « matériel électrique ».

Laisser un commentaire

Prêt pour la vraie indépendance ?

Comme 100 000 indépendants, gérez, pilotez et déclarez vous-mêmes.

Sans engagement - Sans carte bleue