Les inconvénients d’exercer en auto-entreprise

Si vous souhaitez entreprendre, la première chose à laquelle vous devez songer est le choix de votre statut juridique. Le terme "freelance" ne constitue pas un statut juridique à proprement parler. En effet, celui-ci fait seulement référence aux travailleurs indépendants opérant de manière autonome. Ainsi, si vous envisagez de démarrer une activité, vous devrez choisir de créer une société, une entreprise individuelle ou bien une auto-entreprise (aussi appelée micro-entreprise). D'autre part, exercer son activité en auto-entreprise peut représenter de nombreux avantages et inconvénients. Dans cette optique, nous allons nous focaliser sur les auto-entrepreneurs et déterminer les inconvénients associés à l'adoption de cette forme juridique.

Les inconvénients d’exercer en auto-entreprise

 Vous voulez devenir auto-entrepreneur ? 👩‍💼
Nul besoin de confier votre comptabilité à un expert-comptable, optez dès aujourd’hui pour la solution en ligne Indy ! 😍
Essayer Gratuitement

Une auto-entreprise, c’est quoi ?

Définition

Une auto-entreprise représente une forme d’entreprise individuelle qui relève du régime fiscal de la micro-entreprise et du régime micro-social pour le règlement des cotisations et contributions sociales. Ce régime simplifié a été instauré dans le but de faciliter l’ensemble des procédures liées à la création et à la gestion de l’activité. Opter pour ce statut juridique permet l’accès à divers avantages tels que :

  • des démarches administratives simplifiées ;
  • un mode de calcul et de paiement plus simpliste pour les cotisations sociales, mais aussi pour l’impôt sur le revenu ;
  • une couverture sociale complète (incluant l’assurance maladie et la retraite) ;
  • le droit à la formation professionnelle.

💡 Bon à savoir ! 
Les cotisations et contributions sociales sont calculées sur la base du CA (Chiffre d’affaires) annuel.
🧠 CA = total des factures encaissées + éventuels pourboires générés.

De plus, pour bénéficier du statut de l’auto-entreprise, il est important de rappeler que le chiffre d’affaires annuel ne doit pas aller au-delà d’un certain seuil.

Pour les auto-entrepreneurs artisans, commerçants et professions libérales non réglementées, le chiffre d’affaires doit être inférieur à :

  • 188 700€ pour les activités de commerce et les prestations d’hébergement, y compris les meublés de tourisme classés, à l’exclusion de la location de logements meublés dont le seuil maximal est fixé à 77 700€ ;
  • 77 700€ pour les activités de prestations de services appartenant à la catégorie BIC (bénéfices industriels et commerciaux) ou BNC (bénéfices non commerciaux).

Pour les professionnels libéraux relevant de la CIPAV (Caisse interprofessionnelle de prévoyance et d’assurance vieillesse), le chiffre d’affaires ne doit pas dépasser 77 700€.

💡 Le saviez-vous ? 
Le plafond du chiffre d’affaires à ne pas franchir est déterminé proportionnellement au nombre de jours écoulés depuis le lancement de l’activité au cours de la même année. Ainsi, si l’entreprise est en activité depuis 300 jours en 2024, le CA à ne pas dépasser sera calculé comme suit :
🧠 (77 700€ x 300) / 366 = 63 688,52€.

Par ailleurs, en cas de dépassement du chiffre d’affaires sur 2 années consécutives, occuper le statut d’auto-entrepreneur ne sera plus envisageable.

Pour qui ?

Auto-entrepreneur : qui est concerné ?

Toute personne physique peut devenir auto-entrepreneur. Les seules conditions à respecter sont :

  • être majeur ;
  • posséder une adresse postale en France ;
  • avoir la nationalité française ou être ressortissant européen ;
  • ne pas être sous tutelle ou sous curatelle ;
  • ne pas faire l’objet d’une interdiction de gérer ou d’exercer une activité.

De plus, l’auto-entrepreneuriat peut s’exercer à titre principal ou complémentaire. À titre complémentaire, l’auto-entreprise compte alors comme une activité annexe, additionnée au statut :

  • d’étudiant ;
  • de salarié ;
  • de retraité ;
  • de dirigeant assimilé salarié ;
  • de fonctionnaire.

Quels sont les inconvénients d’être en auto-entreprise ?

Être en auto-entreprise représente de nombreux avantages et inconvénients. Nous allons ici nous intéresser aux 9 principaux inconvénients qui en découlent.

👎 Inconvénient n°1 : des seuils de chiffre d’affaires facilement atteignables

Comme mentionné précédemment, les auto-entrepreneurs bénéficient de plafonds de chiffre d’affaires à ne pas franchir. Ainsi, si vous envisagez une forte croissance pour votre entreprise, le statut de micro-entreprise ne sera pas approprié. En cas de dépassement de ces seuils, vous serez automatiquement transféré vers le statut d’entreprise individuelle. Si vous le souhaitez, vous pouvez également faire le choix de passer au statut de société, les procédures administratives associées à cette démarche seront alors considérables.

👎Inconvénient n°2 : impossibilité de s’associer

À la différence d’une société, une auto-entreprise est considérée comme une entreprise individuelle relevant du régime micro-social. De cette manière, la possibilité de s’associer n’est pas envisageable. Vous opérez alors en toute autonomie, ce qui peut être un défi complexe à relever en termes de croissance, de responsabilités et d’implications sur le plan psychologique.

👎 Inconvénient n°3 : la franchise en base de TVA

La franchise en base de TVA est un régime de TVA permettant de dispenser les entreprises de la déclaration et du paiement de la TVA sur les prestations ainsi que les ventes qu’elles génèrent. Le problème étant qu’en bénéficiant de la franchise en base de TVA, vous ne pouvez pas soustraire cette taxe des coûts de vos achats (biens ou services) liés à l’exercice de votre activité professionnelle. Si vous réalisez un grand nombre de dépenses professionnelles, cela pourrait avoir des répercussions sur la situation financière de votre entreprise.

👎 Inconvénient n°4 : impossibilité de soustraire les frais professionnels

Et oui, vous avez bien lu ! L’auto-entrepreneur étant soumis au régime micro-fiscal, il ne pourra sous aucun prétexte déduire ses charges professionnelles de son chiffre d’affaires. Cela signifie donc qu’il devra payer des impôts sur les frais découlant de son activité professionnelle. C’est pourquoi, lorsque vous envisagez de lancer votre entreprise, il est important de vous questionner sur l’ampleur des charges que celle-ci induira.

👎 Inconvénient n°5 : des cotisations et impôts calculés sur la base du chiffre d’affaires

En auto-entreprise, les cotisations sociales tout comme l’impôt sur le revenu sont établis en fonction du chiffre d’affaires réalisé, et non du bénéfice net. Dans ce contexte, le statut de micro-entreprise ne conviendra aucunement aux activités nécessitant des dépenses professionnelles importantes. En effet, même en l’absence de bénéfice, vous serez dans l’obligation de cotiser.

👎 Inconvénient n°6 : une protection sociale limitée

Si vous êtes un auto-entrepreneur, vous relevez du statut TNS (travailleur non-salarié). De cette façon, vous êtes rattaché à la SSI (Sécurité sociale des indépendants). Cependant, il est important de noter que cette affiliation offre une couverture sociale moins fournie que celle dont bénéficient les salariés.

En effet, les droits aux indemnités journalières en cas de maladie ou d’accident sont soumis à des conditions bien spécifiques et la prise en charge de la mutuelle est entièrement à vos frais. Aucune couverture n’est prévue en cas d’accident de travail ou de maladie professionnelle. Enfin, vous ne cotisez pas pour le chômage, ne bénéficiant donc d’aucune allocation en cas de cessation d’activité.

👎 Inconvénient n°7 : la retraite

Autre inconvénient, pour bénéficier de la pension de retraite à taux plein, un auto-entrepreneur doit valider un certain nombre de trimestres. Cette validation dépend du chiffre d’affaires réalisé ainsi que du montant des cotisations sociales versées à l’URSSAF. Le seuil du chiffre d’affaires à déclarer pour valider 4 trimestres de retraite dans l’année varie selon la nature de l’activité et ces montants sont établis comme suit :

  • 20 740€ pour les activités de vente ;
  • 12 030€ pour les prestations de services commerciales ou artisanales réglementées (BIC) ;
  • 9675€ pour les prestations de services commerciales et artisanales ainsi que les professions libérales non réglementées (BNC) ;
  • 9120€ pour une profession libérale BNC.

Lorsque vous débutez votre activité en tant qu’auto-entrepreneur, il est donc parfaitement envisageable que, même en travaillant une année entière, vos trimestres de retraite ne soient pas tous validés.

Validation des trimestres de retraite

👎 Inconvénient n°8 : une responsabilité illimitée

Une auto-entreprise est une entité constituée par une personne physique et non une personne morale distincte. L’entreprise et l’auto-entrepreneur sont considérés comme une seule et même personne. C’est pourquoi, le patrimoine personnel de l’auto-entrepreneur est intimement lié au patrimoine professionnel de la micro-entreprise, exposant ainsi le patrimoine personnel de l’auto-entrepreneur à des risques en cas de difficultés financières.

👎 Inconvénient n°9 : un statut désavantageux à titre personnel

Opter pour le statut d’auto-entrepreneur peut constituer un obstacle lors des négociations avec des partenaires, notamment pour l’obtention d’un prêt bancaire. En effet, ce statut peut être perçu comme manquant de crédibilité et de stabilité par les banques. De plus, l’absence de documents comptables officiels peut parfois constituer un frein, surtout lorsque l’on veut démontrer la rentabilité de l’entreprise.

FAQ

Quels sont les avantages du statut d’auto-entreprise ?

Il existe 8 avantages principaux à créer une auto-entreprise :

  • la facilité de création ;
  • des obligations comptables plus souples ;
  • des charges sociales moindres ;
  • une exonération partielle de cotisations sociales grâce à l’ACRE (lien de l’ACRE 👉 ici) ;
  • le versement libératoire de l’impôt en auto-entreprise ;
  • la franchise en base de TVA (qui constitue aussi un inconvénient) ;
  • l’accessibilité de ce régime ;
  • le cumul possible de plusieurs activités.

Si vous souhaitez plus de détails à propos de ces avantages, nous vous invitons à consulter notre article en cliquant 👉 ici.

Comment déclarer son activité de micro-entreprise ?

Depuis janvier 2023, chaque entreprise est tenue de réaliser ses démarches via le Guichet unique, administré par l’INPI (Institut national de la propriété industrielle). Ce guichet facilite, entre autres, l’inscription au RNE (Registre national des entreprises), qui regroupe l’ensemble des registres existants.

Des frais sont-ils à prévoir pour devenir auto-entrepreneur ?

Pour devenir un auto-entrepreneur, certains frais sont à prendre en considération, en particulier ceux engendrés par l’ouverture d’un compte bancaire dédié à l’activité de l’entreprise mais aussi ceux découlant de la souscription d’une assurance professionnelle.

Si vous avez des questions sur les inconvénients d’exercer en auto-entreprise, contactez l’équipe d’Indy dans l’espace commentaire ci-dessous, nous y répondrons avec grand plaisir ! 🙂

Découvrez l'application tout-en-un des indépendants - Créer un compte
par Lauriane Kadri

Lauriane est rédactrice de contenus chez Indy. Elle a la vocation de vous aider à devenir indépendants sur votre comptabilité.