Le prêt pour la création d’entreprise : guide complet

A l’origine de la plupart des projets de création d’entreprise, il y a avant tout une belle idée. Mais pour lui donner vie, il est nécessaire de mobiliser des moyens à la hauteur de ses ambitions. Rares sont les entrepreneurs pouvant financer leur projet uniquement à partir de leurs fonds propres. La plupart d’entre eux sont donc amenés à se poser cette question cruciale : quelles sont les aides pour financer la création de mon entreprise ?

Parmi les options qui s’offrent à eux figure bien sûr le prêt. Lorsque l’on parle de prêt, on pense en premier lieu à l’emprunt bancaire. Mais il existe d’autres types de prêts pouvant se révéler avantageux. Tour d’horizon.

Pourquoi avoir recours à un prêt ?

Financer la création de l’entreprise

A sa création, une entreprise a besoin d’un capital de démarrage souvent conséquent. La location de locaux, l’achat de matériel ou encore le recrutement de salariés représentent des coûts importants. L’entreprise ne générant pas encore de recettes, elle doit trouver des sources de financement et constituer un capital de départ.

La première source possible repose sur les fonds propres des associés, c’est-à-dire le capital social qu’ils sont en mesure d’apporter. Cependant, bien souvent, ces fonds propres ne suffisent pas à couvrir les coûts initiaux auxquels l’entreprise doit faire face. Dans cette situation, recourir à un prêt permet de constituer un capital suffisant pour lancer l’activité.

Accélérer le développement de l’entreprise

Au-delà des coûts incontournables liés à la création de l’entreprise, les fonds prêtés favorisent un développement rapide. Ils peuvent accélérer la croissance de l’entreprise en lui permettant d’investir dans des actifs et d’atteindre ses objectifs sans attendre. Cela peut être un atout majeur lorsqu’elle se positionne sur un marché très concurrentiel.

Le prêt peut aussi permettre à l’entreprise de saisir des opportunités d’investissement intéressantes sans être limitée par les fonds disponibles.

💡 Bon à savoir : l’apport en fonds propres demeure une assise essentielle pour une création d’entreprise. Bpifrance recommande d’équilibrer les fonds propres et les emprunts au mieux, en visant un objectif de 50/50. Cet équilibre sera d’ailleurs un argument pour convaincre les financeurs privés.

Comment obtenir un prêt bancaire pour son entreprise ?

Emprunt bancaire : le b.a.-ba

Le crédit bancaire consiste à emprunter de l’argent auprès d’un établissement de crédit. L’emprunteur doit rembourser le prêt petit à petit, sur une durée fixée et selon un calendrier défini. En plus de la somme empruntée, il doit verser à la banque des intérêts auxquels peuvent s’ajouter d’autres frais. Le taux d’intérêt est fixé contractuellement et dépend de la durée du remboursement du prêt. Il peut être fixe ou révisable.

Le prêt bancaire est une solution largement choisie par les entrepreneurs pour financer leur entreprise ainsi que ses projets d’investissement.

💡 Bon à savoir : il est vivement conseillé, lorsque l’on cherche à obtenir un prêt, de prospecter auprès de différentes banques. Cela permet, d’une part, de multiplier ses chances d’obtenir un prêt, et d’autre part, de comparer les offres et modalités de remboursement. De plus, pour répartir les risques, il peut être intéressant de réaliser plusieurs petits emprunts simultanés auprès de différentes banques plutôt qu’un emprunt unique.

Les étapes pour obtenir un prêt bancaire

Solliciter un emprunt bancaire demande une solide préparation. L’entrepreneur doit convaincre les établissements de crédit de la fiabilité financière de son projet et de sa capacité à rembourser un prêt. Le projet de création d’entreprise doit être suffisamment avancé pour qu’il soit en mesure de présenter un plan de financement détaillé.

Voici les étapes clés de la demande de prêt bancaire :

1. Préparer un business plan détaillé

Avant de commencer à démarcher les banques, vous devez préparer un business plan précis et convaincant. Ce document de présentation du projet décrit le positionnement de l’entreprise, les produits ou services offerts, la cible, les perspectives de développement… Il inclut également un plan de financement, indispensable pour convaincre les banques de prêter de l’argent.

2. Evaluer les besoins financiers

ll est essentiel de définir précisément vos besoins avant de lancer des démarches de demande de prêt. Vous devez évaluer la somme nécessaire pour la création de l’entreprise et le lancement de l’activité, sur la base de votre plan de financement.

💡 Bon à savoir : ne minimisez pas vos besoins dans l’espoir de convaincre plus facilement. Un chiffrage précis et réaliste atteste du sérieux du projet, contrairement à une sous-évaluation des besoins.

3. Préparer les documents requis

La demande de prêt doit être accompagnée de divers documents identifiant l’entreprise et attestant de la solidité du projet. Le business plan, incluant un plan de financement détaillé, doit être fourni aux côtés des justificatifs administratifs.

4. Contacter les établissements financiers

Après avoir constitué le dossier, il est temps de prospecter auprès des établissements de crédit. Cette étape permet notamment de comparer les offres et les taux d’intérêt proposés.

5. Présenter la demande de prêt et attendre la réponse

Une fois la ou les banques choisie(s), la demande de prêt peut être déposée soit en personne, soit en ligne. Si elle est acceptée, un contrat établissant les conditions et les modalités de remboursement sera établi.

💡 Bon à savoir : tout refus doit être motivé par l’établissement financier. Dans le cas où ce refus semble discutable aux yeux du demandeur, celui-ci peut faire appel au médiateur du crédit.

Quelles sont les alternatives au crédit bancaire ?

Pourquoi choisir une alternative au prêt bancaire ?

Les banques se montrent généralement prudentes et peuvent faire preuve d’une certaine frilosité face aux créateurs d’entreprise. Elles refusent le plus souvent de risquer plus d’argent dans le projet que l’entrepreneur lui-même. Il est donc nécessaire de disposer d’un apport en fonds propres conséquent pour solliciter un emprunt bancaire.

Par ailleurs, les établissements financiers préfèrent partager les risques avec plusieurs partenaires afin d’en limiter l’impact négatif. L’obtention de cofinancements est donc un argument qui peut aider à les convaincre.

Les alternatives à l’emprunt bancaire

Différents types de prêts peuvent se substituer au crédit bancaire ou le compléter.

Le prêt d’honneur

Le prêt d’honneur est un prêt à taux zéro et pour lequel aucune garantie ni caution personnelle n’est exigée. Il est généralement accordé par des réseaux ou organisations à but non lucratif, afin de soutenir la création de nouvelles entreprises. Parmi les organismes octroyant ce type de prêt, on compte par exemple le Réseau Entreprendre, Initiative France ou encore l’Association pour le droit à l’initiative économique (Adie).

Le montant du prêt d’honneur varie entre 1800 et 90 000 €. Il est obtenu après une sélection sur dossier et un passage devant un jury de professionnels. Au-delà de l’apport financier, l’obtention d’un prêt d’honneur est un gage de crédibilité.

Le prêt participatif

Le prêt participatif associe le mécanisme du prêt à une participation au capital. Le prêteur contribue au financement de l’entreprise en échange d’un intéressement sur les futurs profits.

Le prêt Nacre

Ce prêt fait partie du dispositif Nouvel accompagnement pour la création ou la reprise d’entreprise (Nacre). Il s’agit d’un prêt à taux zéro au montant compris entre 1000 et 10 000 € sur 5 ans. Il est destiné à faciliter la structuration financière des entreprises créées par des personnes pouvant prétendre au soutien Nacre. A noter : l’octroi du prêt à taux zéro est conditionné à l’obtention d’un prêt bancaire d’un montant et d’une durée au moins égaux.

Le microcrédit

Initié dans les pays en développement, le microcrédit professionnel finance des microprojets non éligibles aux prêts bancaires classiques. A travers des crédits de faible montant, il peut faciliter la création, la reprise ou la consolidation d’une entreprise. L’objectif premier ? Permettre aux porteurs de projet de faire naître ou de pérenniser leur propre emploi.

Le prêt inter-entreprises

Depuis 2015, il est possible pour une entreprise (SA, SAS ou SARL) de prêter de l’argent à une autre (TPE, PME ou ETI). Ce type de prêt doit toutefois répondre à des conditions strictes. Tout d’abord, les deux entreprises doivent être économiquement liées au préalable. De plus, le prêt est une avance à court terme dont la durée doit être inférieure à 3 ans. Son montant doit également respecter des seuils définis. Enfin, le prêt inter-entreprise doit faire l’objet d’un contrat écrit validé par un commissaire aux comptes.

En conclusion, la création d’une entreprise nécessite bien souvent d’augmenter les fonds disponibles grâce à un prêt. Le prêt bancaire est la forme la plus classique, mais d’autres alternatives existent. Diversifier les sources de financement peut être une bonne stratégie pour convaincre plus facilement les financeurs, profiter d’une plus grande sécurité financière et bénéficier des dispositifs les plus avantageux.

par Clémentine Pougnet

Rédactrice pour Indy, la comptabilité des indépendants tout simplement.