Compte de résultat en société : comment le réaliser ?

Document comptable indispensable à une bonne tenue de la comptabilité, le compte de résultat sert à prendre le pouls de votre activité. D’ailleurs, il est souvent qualifié de baromètre de performance d’une entreprise. Couplé au bilan et aux annexes comptables comme le Grand livre, il fait partie des comptes annuels à fournir chaque année à l’administration fiscale. Regardons ensemble qui est concerné par le compte de résultat et comment le réaliser.

Compte de résultat en société : comment le réaliser ?

 Vous êtes en société ? 👨‍💼
Confier sa comptabilité à un expert-comptable n’est pas obligatoire. Optez dès aujourd’hui pour une solution en ligne comme Indy, et obtenez votre compte de résultat en seulement quelques clics !
Je veux essayer Indy gratuitement

Compte de résultat : quelle est son utilité ?

Le compte de résultat fait partie des états financiers de la société, il met en parallèle les produits (recettes) et les charges (dépenses) d’une entreprise. C’est la différence entre les deux qui donne le résultat net comptable, et qui détermine la rentabilité de votre activité. Les deux résultats possibles sont donc les suivants :

  • Si les produits sont supérieurs aux charges, la société est bénéficiaire ;
  • Si les produits sont inférieurs aux charges, la société est déficitaire.

Par conséquent, en fonction de l’issue (bénéficiaire ou déficitaire), vous pourrez par la suite orienter vos stratégies commerciales et optimiser la gestion du flux de trésorerie. C’est donc un indicateur clé à connaître pour faire évoluer au mieux la croissance de votre activité. De plus, le compte de résultat peut être demandé par un établissement bancaire dans le cadre d’une demande de prêt par exemple.

💡 Bon à savoir !
Le compte de résultat sert à analyser la rentabilité d’une activité avec des données dynamiques alors que le bilan comptable analyse la situation financière et le patrimoine à un instant T. De plus, le bilan se compose de 2 parties : l’actif comprenant les actifs immobilisés (immobilisations corporelles, incorporelles, financières…) et les actifs circulants avec les stocks en cours et les créances. Le passif du bilan, quant à lui, inclut les ressources permanentes ou capitaux propres, d’autres fonds propres, les provisions et les dettes. Le point de vue est donc différent.

Quelles sont les sociétés concernées par le compte de résultat ?

Toutes les sociétés soumises à un régime réel normal d’imposition doivent fournir des comptes annuels après la clôture de l’exercice fiscal, dont un compte de résultat, un bilan comptable et des annexes comptables.

Pour les sociétés soumises à un régime réel simplifié d’imposition, les comptes annuels peuvent être synthétisés. Auquel cas, vous pouvez présenter un compte de résultat moins détaillé.

De ce fait, les statuts juridiques des sociétés qui sont automatiquement soumises à un régime réel d’imposition normal ou simplifié sont concernés par le compte de résultat. C’est le cas des statuts suivants :

  • L’EURL et la SARL ;
  • La SASU et la SAS ;
  • La SEL ;
  • Les entreprises individuelles au régime de la déclaration contrôlée ;
  • Et d’autres formes moins fréquentes comme les SNC, SE, SA.

Si vous êtes en micro-entreprise (anciennement appelée auto-entreprise), vous bénéficiez d’une comptabilité simplifiée. Vous n’avez pas de comptes annuels à fournir, et vous êtes donc exemptés de produire un compte de résultat.

Quand fournir le compte de résultat ?

Le compte de résultat (accompagné des autres documents comptables constituant les comptes annuels) doit être transmis sous forme dématérialisée ou non, entre sept et huit mois suivant la fin de l’exercice comptable.

Le processus est le suivant :

  • Les comptes annuels, dont le compte de résultat, sont soumis à une approbation par l’associé unique ou les associés d’une société. À noter que le résultat est généralement affecté suivant les besoins de l’entreprise (dividendes, report à nouveau, etc). Cela se déroule généralement lors d’une assemblée générale ; le procès-verbal d’AG faisant foi. L’approbation des comptes doit avoir lieu dans les 6 mois qui suivent la clôture ;
  • S’ils sont bien approuvés, vous devez déposer les comptes annuels au greffe du tribunal de commerce dans le mois qui suit l’approbation. Si le dépôt se fait par voie électronique, le délai s’étend à deux mois ;
  • Après leur publication, un avis au BODACC (Bulletin officiel des annonces civiles et commerciales) est publié.

Pour en savoir plus sur le dépôt des comptes annuels d’une société, nous vous invitons à consulter 👉 cette page.

💡 Le saviez-vous ?
Si vous ne transmettez pas de compte de résultat au greffe du tribunal de commerce, vous risquez une amende de 1 500€ une première fois, puis 3 000€ en cas de récidive. Les normes comptables applicables aux entreprises sont généralement issues du plan comptable général (PCG) qui est édicté par l’ANC (Autorité des normes comptables). De plus, il faut savoir que la distribution des dividendes n’est possible qu’après l’approbation des comptes, ce qui renforce la nécessité de respecter cette procédure.

Par ailleurs, vous devez également transmettre le compte de résultat, le bilan comptable et les annexes dans votre liasse fiscale de référence à envoyer à l’administration fiscale selon les délais suivants :

  • Pour une clôture d’exercice au 31 décembre, vous pouvez l’envoyer au mois de mai ;
  • Pour une clôture d’exercice à un autre moment de l’année, vous disposerez de trois mois pour l’envoyer.

Comment faire un compte de résultat ?

Comment se présente le compte de résultat ?

Le compte de résultat est divisé en trois opérations qui permettent, à terme, d’obtenir le résultat net comptable : le résultat d’exploitation, le résultat financier, et le résultat exceptionnel.

Le résultat d’exploitation

En premier lieu, vous devez calculer la différence entre les recettes et les dépenses qui résultent de l’exploitation même de votre activité, et qui interviennent dans sa gestion au quotidien.

Les charges (dépenses) d’exploitation les plus fréquentes sont les suivantes :

  • Les achats de marchandises ou de matières premières ;
  • Les loyers ;
  • Les dépenses énergétiques ;
  • Les frais de repas ;
  • Les frais de véhicule / déplacement ;
  • Les rémunérations de personnel ;
  • Les cotisations sociales ;
  • Et plus encore : dotations aux amortissements, autres types d’achats, etc.

Les produits (recettes) d’exploitation comprennent quant à eux :

  • Les recettes issues de vos ventes ;
  • Les aides de l’État (si vous êtes concerné) et/ou subventions ;
  • La production stockée et immobilisée.

Vous obtiendrez le résultat d’exploitation en faisant la soustraction : produits d’exploitation – charges d’exploitation.

Le résultat financier

La deuxième partie du compte de résultat correspond au calcul du résultat financier qui donne une vision précise de l’état de santé de votre trésorerie. L’opération vous permet de mieux gérer les flux d’argent disponibles et vos besoins en fonds de roulement.

Cette fois-ci, vous devez calculer la différence entre les produits financiers et les charges financières. Si le résultat de l’entreprise est positif, vous avez un excédent de trésorerie. S’il est négatif, vous êtes en déficit de trésorerie et avez probablement des dettes à régler.

Parmi les charges (dépenses) financières les plus fréquentes, nous retrouvons :

  • Les intérêts d’emprunt ;
  • Les dotations financières ;
  • Les provisions financières ;
  • Les frais et commissions bancaires (notamment frais de change et frais de tenue de compte).

Les produits (recettes) financiers correspondent aux éléments suivants :

  • Les intérêts positifs sur les placements financiers ;
  • Les plus-values de cessions de valeurs mobilières de placements ;
  • Les reprises sur provisions financières si vous anticipez suffisamment à l’avance une dette par exemple.

Le résultat exceptionnel

Enfin, la troisième partie du compte de résultat correspond à la différence entre les charges exceptionnelles et les produits exceptionnels. Autrement dit, vous mettez dans cette catégorie toutes les charges et tous les produits qui n’entrent pas en compte dans l’activité régulière de votre activité.

Voici quelques exemples de charges (dépenses) exceptionnelles :

  • Pénalités de retard ou amendes fiscales ;
  • Coûts de licenciement ;
  • Dons annuels à des associations ou ONG ;
  • Achat exceptionnel de matériel pour un besoin spécifique.

Et une liste de produits (recettes) exceptionnels :

  • Pénalités clients en cas de retard de paiement ;
  • Vente exceptionnelle de matériel ;
  • Recouvrement d’une créance.

Contrairement aux résultats d’exploitation et financier, le résultat exceptionnel a un poids moins important dans le compte de résultat.

Faire son compte de résultat avec Indy

Notre logiciel de comptabilité en ligne vous permet de produire un compte de résultat en bonne et due forme grâce au système de synchronisation bancaire :

  • L’outil en ligne se connecte à votre compte bancaire professionnel ;
  • Les différentes entrées et sorties d’argent sont classées dans les catégories comptables adéquates. Vous pouvez également ajouter des transactions manuellement si besoin ;
  • Dans l’onglet “À faire” du logiciel, vous devez relire et compléter les étapes relatives aux comptes annuels ;
  • Le compte de résultat et le reste des comptes annuels sont enfin automatiquement générés dans l’onglet “Documents” ;
  • Vous pouvez télécharger le document et le transmettre au greffe du tribunal de commerce ;
  • Et bien sûr, le logiciel garde vos documents en toute sécurité.

Le logiciel de comptabilité Indy

Le logiciel de comptabilité est donc une solution à privilégier si vous souhaitez gagner en temps, en efficacité et en argent.

Avoir recours aux services d’un expert-comptable n’est jamais obligatoire en société.

💡 Vous avez une question sur le compte de résultat ou les comptes annuels ? Faites appel à l’équipe d’Indy en commentaire et nous vous répondrons rapidement ! Vous pouvez également rejoindre notre groupe Facebook de comptabilité pour partager vos problématiques avec notre communauté d’indépendants !

FAQ – Questions fréquentes

Quelle est la différence entre un compte de résultat simplifié et un compte de résultat détaillé ?

Le niveau de détail du compte de résultat dépend :

  • Du volume des transactions ;
  • Des mouvements bancaires de l’entreprise.

Ainsi, les petites structures, caractérisées par un nombre limité de fournisseurs et un volume restreint de transactions auront généralement un compte de résultat simplifié.

À l’inverse, les sociétés disposent de charges et de produits plus importants et plus diversifiés, elles auront donc tendance à utiliser un compte de résultat détaillé.

Toutefois, la structure fondamentale du compte de résultat reste inchangée, avec d’un côté les charges, et de l’autre les produits.

Qu’est-ce qu’un compte d’exploitation ?

Le compte d’exploitation, aussi connu sous le terme compte de résultat, constitue une synthèse exhaustive des produits et des charges de l’entreprise sur une année comptable. Autrement dit, il met en évidence la rentabilité de son modèle économique.

De plus, ce document comptable intègre diverses opérations visant à calculer le résultat d’exploitation, découlant de l’activité de l’entreprise. Ce résultat est égal à la différence entre les produits d’exploitation et les charges d’exploitation.

À quoi sert le compte de résultat prévisionnel ?

Le compte de résultat prévisionnel est un des tableaux qui compose le prévisionnel financier. Souvent établi sur une période de 3 à 5 ans en début d’activité, ce dernier comprend :

  • Le chiffre d’affaires (CA) prévisionnel ;
  • Les charges d’exploitation prévisionnelles ;
  • Les impôts et les taxes prévisionnels ;
  • Les charges financières prévisionnelles ;
  • Les amortissements prévisionnels.

En règle générale, il exclut les produits et les charges exceptionnels.

Ainsi, le compte de résultat prévisionnel permet de répertorier les charges prévues au cours des 3 prochaines années. De cette manière, il facilite la détermination des besoins en financement de la société concernée.

Découvrez l'application tout-en-un des indépendants - Créer un compte
par Lauriane Kadri

Lauriane est rédactrice de contenus chez Indy. Elle a la vocation de vous aider à devenir indépendants sur votre comptabilité.