L’affacturage : un moyen de financement pour renforcer sa trésorerie

L’affacturage est un type de crédit professionnel qui permet aux entreprises de renforcer leur trésorerie. Comment ? En cédant les factures en attente de paiement appelées « créances clients » à une société d’affacturage (ou factor). Le factor est un établissement spécialisé en affacturage, généralement filiale d’une banque. Mais comment cela fonctionne-t-il ? Quels sont les avantages et les inconvénients ? Nous vous disons tout dans cet article.

L’affacturage : un moyen de financement pour renforcer sa trésorerie

 💡 Le saviez-vous ?
Confier sa comptabilité à un expert-comptable n’est pas obligatoire. Optez dès aujourd’hui pour une solution en ligne comme Indy grâce à laquelle vous pourrez éditer, gérer et conserver vos factures clients en quelques clics ! 🤩
Essayer le module facturation


📝 En résumé :

  • L’affacturage est un moyen de financement permettant à une entreprise de renforcer rapidement sa trésorerie ;
  • L’affacturage est uniquement destiné aux entreprises exerçant une activité BtoB ;
  • Fonctionnement : l’entreprise cède à la société d’affacturage des créances qu’elle détient sur ses clients professionnels. La société règle alors les factures en déduisant les frais d’affacturage ;
  • L’affacturage offre de nombreux avantages comme le renforcement rapide de la trésorerie ainsi que la libération pour l’entreprise de non-paiement. Cependant, elle fait perdre à l’entreprise une partie de ses recettes et peut nuire aux relations de l’entreprise avec ses clients.

Zoom sur l’affacturage

Définition

L’affacturage est un moyen de financement qui permet à une entreprise de répondre à ses besoins en fonds de roulement (BFR). En effet, pour supporter ses dépenses courantes (factures des fournisseurs, charges, etc.) et pérenniser le développement de son activité, une entreprise doit veiller à avoir une situation financière stable.

Pour bénéficier de ce moyen de financement, l’entreprise conclut une convention avec une société d’affacturage à laquelle elle cède des créances qu’elle détient sur ses clients professionnels. La société d’affacturage rachète ces créances et se charge d’en obtenir le financement auprès des clients concernés. Pour réaliser cette opération de crédit, la société d’affacturage doit être agréée en tant que société de financement.

Pour qui ?

L’affacturage est exclusivement réservé aux entreprises opérant sur le « marché professionnel » (BtoB ou Business to Business), par opposition au « marché grand public ».

De plus, au fil des années, les sociétés d’affacturage en France œuvrent pour proposer une offre aussi bien adaptée aux grandes entreprises qu’aux TPE (toutes petites entreprises) et PME (petites et moyennes entreprises). En effet, ces dernières cherchent des formules simples et rapides afin de consolider leur trésorerie et gérer leur poste clients.

Bon à savoir : les factures émises doivent être certaines, liquides et exigibles. Certains types de facturation, telles que les demandes d’acompte, ne sont pas éligibles à l’affacturage.

Quelles créances peuvent être cédées ?

L’entreprise est en droit de céder toutes les créances détenues sur ses clients professionnels. Cependant, elle ne doit pas omettre de transmettre à la société d’affacturage les factures en lien avec la convention d’affacturage.

Quel est le fonctionnement de l’affacturage ?

🕵🏾‍♂️ Étape 1 : le factor analyse la situation de l’entreprise

Avant de l’accepter comme adhérent, le factor étudie les risques en se basant sur les informations apportées par l’entreprise : quantité, diversité et description des clients ainsi que le montant des factures en attente.

✅ Étape 2 : la validation des factures

Concernant la validation des factures, deux options sont envisageables :

Le factor valide toutes les factures

L’entreprise cède toutes ses factures en attente à la société d’affacturage. Cette dernière devient subrogée dans les droits de l’entreprise, ce qui signifie que le paiement des créances des clients professionnels doit être effectué auprès d’elle. En cas de défaut de paiement, la société d’affacturage ne pourra pas se retourner contre l’entreprise cédante. En validant les factures et en signant la convention, elle accepte d’assumer les conséquences inhérentes à cette démarche.

Précision 🔎 : la subrogation est un mode de transmission des créances. Il s’agit d’une opération juridique triangulaire où le titulaire d’un droit de créance, appelé le subrogeant (l’entreprise), cède une créance à un bénéficiaire, appelé le subrogataire (la société d’affacturage). Le débiteur initial, c’est-à-dire le client qui doit de l’argent à l’entreprise est appelé le subrogé et il devra alors financer cette dette auprès du subrogataire.

Le factor valide seulement une partie des factures

La société d’affacturage a le droit de ne pas accepter l’ensemble des factures. En effet, puisque cette dernière prend le risque de ne pas être remboursé, elle doit consacrer un certain temps en amont pour examiner attentivement le dossier.

Par ailleurs, la société d’affacturage prend le risque de ne pas être remboursée uniquement sur les factures qu’elle accepte. Sur les factures non approuvées, la société d’affacturage joue le rôle de simple mandataire. Cela signifie qu’elle est l’intermédiaire entre le client et l’entreprise pour obtenir le paiement des factures.

📃 Étape 3 : définition du contrat d’affacturage

Pour céder ces créances, l’entreprise et la société d’affacturage signe ce que l’on appelle : un contrat d’affacturage. Ce contrat comporte divers éléments, à savoir les dérogations possibles, les conditions de rémunération du service apporté, les modalités de garantie de bonne fin offerte par l’affactureur, l’accès libre à la comptabilité de l’entreprise, le montant du fonds de garantie ainsi que les potentielles garanties exigées par le dirigeant de l’entreprise.

✍️ Étape 4 : signature du contrat et règlement

Enfin, l’entreprise et la société d’affacturage signent le contrat. Les factures, indiquant les dates d’échéance accordées aux clients, sont remises au factor. Le factor paye le montant convenu, déduit des frais et éventuellement d’une retenue de garantie.

Une femme cède les factures de son entreprise BtoB à une société d'affacturage

Comment le factor se rémunère-t-il ?

En règle générale, la tarification d’un contrat d’affacturage se compose de :

  • Un taux d’intérêt sur le financement, souvent déterminé selon l’Euribor 3 mois (ici) ;
  • Une commission d’affacturage, permettant de rémunérer le factor pour la gestion des créances clients cédées. 

De plus, des coûts annexes pour des opérations de gestion exceptionnelles ou non récurrentes peuvent être prélevés (par exemple : les avoirs, les litiges, etc.). Une participation à un fonds de garantie pour couvrir le risque d’impayé est également prévue. Certaines sociétés d’affacturage prévoient également des frais supplémentaires pour la gestion de la relation avec les clients, le traitement des factures et le contrôle du crédit des clients.

La tarification est déterminée en fonction du volume de CA (chiffre d’affaires) confié au factor, de la charge de travail liée au contrat, du taux de sinistralité estimé et des services souscrits : gestion des relances, assurance-crédit, etc.

Bon à savoir : l’assurance-crédit est un service alloué par le factor qui permet aux entreprises de se prémunir contre le risque d’insolvabilité de leurs clients sans recourir au financement des factures. Ce service peut également comporter la gestion des impayés.

Quels sont les avantages et les inconvénients de l’affacturage ?

Les avantages

L’affacturage présente des avantages en de nombreux points. Tout d’abord, ce moyen de financement permet de répondre rapidement aux besoins de trésorerie. En effet, il permet d’éviter tout problème lié aux délais de paiement accordés aux clients professionnels et de libérer l’entreprise du risque de non-paiement pour les factures approuvées par la société d’affacturage. Cette méthode permet également de déléguer la gestion du poste clients et le recouvrement des factures. Enfin, l’affacturage contribue à une meilleure anticipation des litiges et à la diminution des délais de paiement.

Les inconvénients

Cependant, le recours à l’affacturage possède également quelques inconvénients. En effet, en optant pour la cession de ses factures à une société d’affacturage, l’entreprise perd une partie de ses recettes. Les sociétés d’affacturage retiennent toutes une partie du montant dû par le client sous forme d’un pourcentage qui varie selon la société choisie. De plus, l’entreprise perd une part des interactions avec sa clientèle professionnelle, ce qui peut potentiellement nuire à ses relations si les choses se déroulent mal avec la société d’affacturage.

Attention : les factors sont très sélectifs ! À titre d’exemple, ils sont susceptibles d’éviter des activités comprenant de nombreux sous-traitants.

Tableau récapitulatif des avantages et inconvénients de l’affacturage

Les avantages et inconvénients de l’affacturage
😁 Avantages – Renforcement rapide de la trésorerie ;
– Contournement des problèmes associés aux délais de paiement ;
– Libération pour l’entreprise du risque de non-paiement ; 
– Délégation de la gestion du poste clients et du recouvrement des factures ;
– Meilleure anticipation des litiges et diminution des délais de paiement.
😓 Inconvénients – Perte d’une partie de ses recettes ; 
– Perte d’une part des interactions avec sa clientèle ; 
– Nuisance potentielle aux relations entre le ou les clients et l’entreprise ;
– Les factors sont très sélectifs.

Quelle procédure en cas d’impayé ?

Si le client débiteur entre dans une procédure collective, l’assurance-crédit couvre l’impayé. Cependant, en cas de retard de paiement, ce sont les équipes « relance » et « recouvrement » de la société d’affacturage qui interviennent pour comprendre la situation et identifier de potentiels litiges non détectés jusqu’alors. Le débiteur doit payer le factor, et non plus l’entreprise, ce qui présente un avantage étant donné que cela accroît grandement les chances d’obtenir le paiement de la créance.

Si aucune solution ne permet de couvrir la dette alors le factor peut assister l’entreprise dans les procédures en contentieux ou précontentieux. Dans tous les cas, l’entreprise est seule décisionnaire de la marche à suivre à l’égard de son client. Elle peut même, si elle le souhaite et y voit un intérêt, reprendre la créance de son client.

Le reverse factoring, c’est quoi ?

Alors que l’affacturage classique permet de financer le poste clients, le reverse factoring permet le financement du poste fournisseurs. Ce moyen de financement permet au client de conserver les délais de paiement fournisseurs (en principe 30 à 90 jours) tout en conservant une situation financière acceptable. Côté fournisseur, le reverse factoring permet d’être payé dans un délai de 48h suivant l’émission des factures.

Le saviez-vous ? Ce mode de financement est majoritairement employé par les acteurs de la grande distribution.

À qui faire appel pour l’affacturage ?

Pour bénéficier de l’affacturage, vous pouvez d’une part vous tourner vers les grands établissements bancaires qui disposent tous de filiales d’affacturage. Sinon, l’Association française des sociétés financières possède également plusieurs sociétés d’affacturage.

FAQ – Questions / Réponses

Quel est le coût de l’affacturage ?

Le coût de l’affacturage est défini en fonction de la zone géographique, du domaine d’activité de l’entreprise, du volume de factures cédées, du montant des créances ainsi que de la solvabilité des clients. Toutefois, en moyenne, le taux de la commission d’affacturage oscille entre 0,2% et 4% du chiffre d’affaires TTC (toutes taxes comprises) confié au factor.

Qu’est-ce que la commission d’affacturage ?

La commission d’affacturage correspond aux frais de gestion, comprenant le coût des potentielles relances et du recouvrement. Elle s’exprime en pourcentage sur la base du chiffre d’affaires cédé.

Comment une société d’affacturage gagne-t-elle de l’argent ?

Une société d’affacturage se rémunère grâce aux frais d’affacturage. Ainsi, lorsqu’une entreprise cède ses factures, le factor avance jusqu’à 90% de la valeur de la facture à l’entreprise. Lorsque la société d’affacturage encaisse le montant total auprès du client, elle restitue les 10% restants à l’entreprise, déduit des frais d’affacturage.

Quels sont les autres types de crédits professionnels pour une entreprise ?

Une entreprise peut prétendre à des crédits professionnels comme le crédit-bail, le prêt amortissable ou le crédit renouvelable professionnel. Pour que votre dossier soit accepté par l’établissement bancaire, veillez à vous informer en amont des critères que regarde la banque pour les prêts professionnels.

Une question sur l’affacturage ou un avis à nous transmettre ? Laissez-nous un commentaire dans l’espace ci-dessous, l’équipe Indy se fera une joie d’y répondre ! 🤗

Découvrez l'application tout-en-un des indépendants - Créer un compte
par Lauriane Kadri

Lauriane est rédactrice de contenus chez Indy. Elle a la vocation de vous aider à devenir indépendants sur votre comptabilité.