5 pièges à éviter lors de la création de son entreprise

Vous créez votre entreprise et souhaitez commencer cette aventure palpitante dans les règles de l’art ? Nous avons fait la liste de 5 pièges dont il faut se méfier pour éviter les déconvenues. Que vous soyez en micro-entreprise ou en société, cet article est fait pour vous accompagner sereinement.

5 pièges à éviter lors de la création de son entreprise

Sommaire

  1. Choisir trop rapidement son statut juridique
  2. Négliger la planification financière
  3. Payer l’accompagnement à la création d’entreprise
  4. Faire confiance aux faux courriers et aux fausses registration
  5. Ne pas anticiper l’après : gestion comptable et administrative de son entreprise
  6. FAQ : La création d’entreprise

Cet article a été initialement diffusé sur le groupe Facebook Compta Pour Les Freelances, réseau d'entraide des indépendants dans leur comptabilité.

Abonnez-vous à la newsletter Indy

Choisir trop rapidement son statut juridique

EI, EURL, SASU, SARL, SAS… Il est facile de se perdre dans la jungle des acronymes des statuts juridiques. Pourtant, vous devez impérativement connaître les définitions et les caractéristiques de chacun pour créer la forme d’entreprise qui répond le mieux à vos besoins et à vos objectifs de croissance.

En effet, choisir un statut inadapté a des conséquences lourdes sur l’ensemble de votre activité, puisque le statut juridique détermine :

  • votre régime fiscal : imposition au réel, imposition au régime micro, etc. ;
  • votre régime social : travailleur non salarié, assimilé salarié, etc. ;
  • vos obligations comptables ;
  • la complexité administrative : rédaction des statuts, apport en capital, ouverture d’un compte bancaire professionnel…

À noter qu’il est complexe de changer de statut une fois l’entreprise créée. Par exemple, si vous créez une entreprise individuelle et que vous souhaitez finalement diriger une SASU, vous devrez fermer l’entreprise individuelle puis créer à partir de zéro votre SASU.

💡 Pour avoir une vision plus détaillée de chaque statut, téléchargez notre ebook conçu pour choisir le bon statut juridique.

Négliger la planification financière

La trésorerie est le nerf de la guerre pour tout entrepreneur. Par conséquent, que vous soyez en entreprise individuelle (dont la micro-entreprise) ou en société, vous devez impérativement :

  • planifier vos besoins en trésorerie pour pouvoir réaliser des achats professionnels tout en gardant suffisamment de liquidités ;
  • anticiper les montants mensuels, trimestriels et annuels de vos impôts et cotisations sociales ;
  • prévoir la diversification de vos sources de financement : financement participatif (crowdfunding), crédit bancaire, levées de fonds…

Le risque d’un manque de planification en début d’activité peut vous porter préjudice et entraîner des dettes excessives qu’il sera plus difficile de rembourser à long terme.

C’est d’ailleurs la raison pour laquelle si vous créez une société type SAS/SASU et EURL/SARL, vous devrez fournir un prévisionnel financier accompagné de votre business plan et d’une étude de marché pour prouver à des établissements financiers et aux assurances que votre projet est viable. Nous vous recommandons de passer du temps sur la création de ces outils de structuration essentiels pour débuter correctement votre activité.

Payer l’accompagnement à la création d’entreprise

Payer des frais de création d’entreprise n’est pas nécessairement un piège en soi, car il peut être tout à fait légitime de dépenser de l’argent pour mettre en place une entreprise de manière professionnelle et en conformité avec les lois et réglementations.

En effet, vous devrez vous acquitter des frais d’immatriculation au Registre des commerces et des sociétés par exemple (RCS) si vous créez une société par exemple, ou encore payer des honoraires de rédaction des statuts si vous souhaitez vous faire accompagner par un professionnel du droit. En bref, il existe des coûts inhérents à la création d’entreprise qui varient selon le statut juridique.

Cependant, il y a des situations où payer des frais excessifs ou inutiles peut devenir un piège à éviter :

  • ne payez jamais pour la création d’une entreprise individuelle destinée à une activité libérale : la démarche est simple et gratuite ;
  • certains services peuvent facturer des frais excessifs pour des services de création d’entreprise qui pourraient être réalisés gratuitement ou à moindre coût ;
  • certaines entreprises vous proposent des services non essentiels, ni même utiles à la création d’entreprise contre des frais importants.

🤗 Chez Indy, l’accompagnement à la création d’entreprise par un·e spécialiste est 100 % gratuit ! Rendez-vous sur notre page Création d’Entreprise pour en savoir plus.

Faire confiance aux faux courriers et aux fausses registrations

Le piège de recevoir des faux courriers en création d'enteprise

De nombreuses arnaques peuvent survenir pendant ou après la création de votre entreprise. En effet, certaines personnes malveillantes se font passer pour l’administration fiscale ou d’autres organismes et vous demandent de régler des frais dans un but d’extorsion d’argent. Elles peuvent également vous demander de partager des données sensibles dans le but de vous enregistrer dans des registres inutiles.

Apprenez-donc bien à faire la différence entre les documents officiels et d’éventuelles arnaques : vérifiez le logo par exemple, et si le document est bien un Cerfa dans le cadre d’une communication de l’administration fiscale.

Quels documents fiables vais-je recevoir après la création de mon entreprise ?

Après la création d’une entreprise, vous devez généralement recevoir :

  • la certification d’inscription au répertoire SIRENE qui contient votre numéro de SIRET-SIREN envoyé par l’INSEE sous un délai compris entre 1 à 4 semaines après l’immatriculation sur le Guichet Unique ;
  • la confirmation d’affiliation à votre caisse d’assurance maladie et de retraite ;
  • le document d’aide à la déclaration de chiffre d’affaires pour payer les cotisations sociales transmis par l’Urssaf (dans certains cas) ;
  • votre extrait Kbis (dans certains cas).

Vous pouvez recevoir des documents supplémentaires en fonction de votre statut juridique. Nous vous invitons tout simplement à analyser l’expéditeur et à déceler des indices qui pourraient faire croire à un faux.

🏴 Retrouvez la liste noire des escroqueries professionnelles en cours sur cette page dédiée aux arnaques du Gouvernement.

Ne pas anticiper l’après : gestion comptable et administrative de son entreprise

L’enthousiasme de la création d’entreprise peut parfois vous conduire à l’écueil de ne pas suffisamment anticiper vos obligations comptables et fiscales. Pourtant, la comptabilité est la colonne vertébrale de votre activité : c’est à partir de cette dernière que vous pouvez faire des déclarations fiscales justes et que vous pourrez prendre des décisions avisées. Aussi, en cas de manquement, les sanctions financières peuvent être lourdes.

Pour bien gérer votre comptabilité, et au-delà vos obligations déclaratives, sans avoir à dépenser des frais trop élevés en début d’activité, vous pouvez faire le choix d’un logiciel de comptabilité en ligne comme Indy. Les avantages sont les suivants :

  • grâce à la synchronisation bancaire, vos flux d’argent sont enregistrés en toute sécurité et classés dans la bonne catégorie comptable ;
  • la liasse fiscale, et tous les documents comptables et fiscaux importants sont générés automatiquement ;
  • vous pouvez garder un oeil sur votre comptabilité à tout moment, depuis n’importe quel appareil, et donc garder une certaine autonomie ;
  • le rapport qualité-prix est imbattable !

En somme, automatiser sa gestion comptable dès la création de votre entreprise permet de gagner en sérénité opérationnelle et de vous concentrer sur d’autres aspects de votre activité.

FAQ : La création d’entreprise

Quelles sont les difficultés qu’on peut rencontrer au début pour créer une entreprise ?

Tout entrepreneur peut se heurter à des obstacles en création d’entreprise. Les principales difficultés sont les besoins de financement, la structuration, la bonne entente avec ses associés et la gestion de son temps.

Pour faire face aux difficultés, vous pouvez bénéficier d’un accompagnement sur votre projet de création gratuitement avec des experts en la matière. C’est ce que nous proposons chez Indy. 🙂

Quels sont les risques de la création d’entreprise ?

Le premier risque quand on se lance en tant qu’entrepreneur est de mal gérer la pression de la création d’entreprise, et de se sentir écrasé par les responsabilités professionnelles tout en devant gérer une vie personnelle épanouie.

Ensuite, engager des dépenses trop importantes dès le début comporte un risque de mal gérer le début de l’aventure entrepreneuriale, même si vous pouvez en déduire certaines de votre résultat imposable jusqu’à 6 mois avant la création officielle.

Enfin, le dernier risque principal est de ne pas se conformer aux lois et autres règles juridiques qui entourent votre activité ; en incluant les modalités de protection intellectuelle (protéger votre invention ou votre idée).

Comment choisir le statut juridique adapté à mon activité ?

Choisir le bon statut juridique pour votre activité nécessite une évaluation approfondie de différents facteurs. Voici quelques pistes à suivre pour prendre une décision éclairée :

  • Si vous souhaitez être seul·e aux commandes de votre activité, sans obligations comptables et fiscales lourdes, avec un objectif de croissance relativement faible, l’entreprise individuelle au régime de la micro-entreprise ou au régime de la déclaration contrôlée est faite pour vous.
  • Si vous souhaitez avoir une entreprise sous la forme d’une personnalité morale, avec des perspectives de croissance relativement importantes, et que la gestion administrative ne vous freine pas, alors optez pour l’EURL (Entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée) ou la SASU (Société par actions simplifiée unipersonnelle) – cette dernière étant plus protectrice d’un point de vue social, mais vous coûtera aussi plus cher en cotisations.
  • Si vous souhaitez vous associer et embaucher du personnel, avec une perspective de croissance forte, et avec un statut social protecteur, faites le choix de la SAS (Société par actions simplifiée). Si vous préférez économiser sur la partie cotisations sociales, et évoluer dans un cadre plus rigide, laSARL (Société à responsabilité limitée) est la plus adaptée.

Qu’est-ce qu’un extrait Kbis, un SIRET et un SIREN ?

  • L’extrait Kbis, ou Kbis, fait référence à un document officiel délivré à toutes les sociétés commerciales et entreprises individuelles en France. Il sert de carte d’identité à votre entreprise et atteste par la même occasion de son existence légale. Il comporte les informations importantes de l’entreprise, comme : sa raison sociale, les numéros d’identification (RCS), l’adresse de domiciliation, le montant du capital social…
  • Le numéro SIRET (Système d’Identification du Répertoire des Entreprises et des Établissements) correspond à un identifiant unique attribué à votre entreprise. Il est utilisé pour identifier de manière précise et individuelle une entité dans le répertoire national des entreprises. Le numéro SIRET est composé de 14 chiffres et est utilisé principalement à des fins administratives et statistiques.
  • Le numéro SIREN (Système d’Identification du Répertoire des Entreprises) est un identifiant unique à neuf chiffres. Il s’agit d’un élément clé de l’immatriculation et de l’identification des entreprises dans le répertoire national des entreprise puisqu’il permet d’identifier de manière distincte chaque entité juridique.

Vous voilà au fait des pièges à éviter en tant que créateur ou créatrice d’entreprise. Pour toutes questions, vous pouvez ajouter un commentaire ci-dessous et l’équipe d’Indy vous répondra rapidement ! N’hésitez pas également à échanger avec notre communauté sur notre groupe Facebook de comptabilité 🙂

Découvrez l'application tout-en-un des indépendants - Créer un compte
par Clémentine Pougnet

Rédactrice pour Indy, la comptabilité des indépendants tout simplement.