Création d’une SCI seul(e) : est-ce possible ?

Beaucoup de Français voient dans la création d’une SCI une manière d’investir dans l’immobilier sans s’exposer à des risques élevés. Certains se questionnent alors sur la possibilité de créer une SCI seul. La réponse est non. En effet, en vertu de l’article 1832 du Code Civil, il faut un minimum de 2 associés (personnes physiques ou personnes morales) pour créer une Société Civile Immobilière. Cependant, certaines circonstances peuvent conduire à l’évolution d’une SCI constituée que d’un seul associé, donnant ainsi naissance à une SCI à associé unique. Dans cet article, nous vous expliquons tout à ce sujet.

Création d’une SCI seul(e) : est-ce possible ?

 💡 Le saviez-vous ?
Avec Indy, en plus d’une offre étoffée d’outils de comptabilité, vous bénéficiez d’un accompagnement complet et 100% gratuit pour créer votre SCI ! 📈
Je crée ma SCI avec Indy


📝 En résumé :

  • La loi ne permet pas la création d’une SCI seul. Pour créer une SCI, il faut être au minimum 2 associés ;
  • Pour être l’associé majoritaire de la SCI, vous pouvez créer la SCI avec un mineur (le plus souvent votre enfant) ou inclure dans les statuts une clause d’agrément ou de préemption ;
  • Lorsqu’une SCI est constituée d’un associé unique, les risques sont principalement la dissolution et la liquidation de la société ;
  • Pour créer votre SCI, vous pouvez faire appel à Indy ! Nos conseillers vous accompagnent durant tout le processus pour rendre les démarches administratives aussi simples que possible.

Est-il possible de créer une SCI seul ?

Tout d’abord, il convient de souligner que la loi ne permet pas la création d’une SCI unipersonnelle. En effet, seules deux formes de société peuvent être constituées par un associé unique :

  • L’EURL, Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée : il s’agit de la forme unipersonnelle de la SARL (Société à Responsabilité Limitée) ;
  • La SASU, Société par Actions Simplifiée Unipersonnelle : il s’agit de la forme unipersonnelle de la SAS (Société par Actions Simplifiée).

Par conséquent, toute demande d’immatriculation d’une SCI comportant un seul associé est rejetée par l’INPI (Institut National de la Propriété Industrielle). Une SCI créée malgré ce refus sera considérée comme une société de fait n’étant pas encadrée par un cadre juridique spécifique.

💡 Le saviez-vous ? Une SCI qui fonctionne seule en tant que holding peut devenir une société mère. En effet, une société mère peut être à associé unique selon sa structure juridique. Cependant, il est interdit de constituer une SCI à associé unique, même dans le cadre d’une holding.

Une SCI peut-elle se transformer en société unipersonnelle en cours de vie sociale ?

Comme vous l’aurez compris, la création d’une SCI à associé unique est impossible, un minimum de 2 associés est requis. Toutefois, au cours de sa vie sociale, il existe des situations où la SCI peut en pratique prendre une forme unipersonnelle. C’est notamment le cas en raison du décès ou du retrait des autres associés mais également de la cession des parts sociales détenues par les autres associés de la SCI. En effet, ces situations ont pour conséquence de réunir l’ensemble des parts sociales de la société en une seule main.

Ainsi, si vous souhaitez exercer seul votre activité en SCI, vous pouvez :

  • Soit profiter de ces circonstances ;
  • Soit préparer les statuts dès la création de votre société et répartir les parts sociales de manière à ce que vous en déteniez la majorité.

Comment passer d’une SCI classique à une SCI quasi unipersonnelle ?

Tout d’abord, si vous souhaitez transformer votre SCI en SCI quasi unipersonnelle, vous disposez de moyens à votre disposition pour récupérer l’ensemble des parts sociales. En effet, vous pouvez être l’associé majoritaire d’une SCI constituée avec un mineur dont vous êtes le représentant légal ou bien inclure dans les statuts une clause d’agrément ou de préemption vous permettant d’acquérir en priorité les parts sociales de l’associé sortant.

Création d’une SCI avec un mineur

Bien que la SCI nécessite un minimum de 2 associés pour sa création, vous êtes en droit de répartir les parts sociales de cette dernière de manière asymétrique de sorte à favoriser vos intérêts. De cette manière, diviser le capital social de la SCI de façon à ce que vous déteniez la majorité des parts sociales vous conférera un contrôle significatif sur la société. En effet, vous détiendrez alors non seulement plus de 50% du capital social mais également des droits de vote.

🧑‍🏫 Petit cas pratique :
Vous créez une SCI constituée de 2 associés et dont le capital s’élève à 200€ répartis en 200 parts sociales possédant une valeur respective de 1€ chacune. Pour que la répartition des parts sociales soit à votre avantage, vous pouvez parfaitement détenir 199 parts sociales, tandis que le deuxième associé en possède uniquement 1.

Pour maintenir un contrôle exclusif sur la SCI, l’associé souhaitant créer une SCI unipersonnelle peut le faire avec son enfant, qui détiendrait alors une minorité des parts sociales.

En tant que représentant légal du mineur, le parent associé majoritaire appose sa signature sur les différents documents requis pour la création d’une Société Civile Immobilière et effectue seul les formalités correspondantes telles que la rédaction et la signature des statuts, l’enregistrement des statuts de la société et la signature des pièces justificatives nécessaires à la demande d’immatriculation de la SCI.

Par conséquent, le parent associé majoritaire pourra gérer la SCI seul jusqu’à ce que son enfant atteigne la majorité (18 ans).

⚠️ Attention ! Dans cette situation, l’associé minoritaire qui détient une seule part sociale peut être considéré comme un prête-nom. Par conséquent, il n’est pas considéré comme un associé au sens de la loi.

De plus, afin de simplifier la transmission du patrimoine immobilier aux enfants et de profiter d’avantages fiscaux, vous pouvez créer une SCI familiale.

La clause d’agrément ou de préemption : une clause permettant d’acquérir les parts sociales de l’associé sortant

Une SCI ne peut pas être constituée par un seul associé. Toutefois, en cas de départ des autres associés, l’associé qui souhaitait originellement créer seul sa société peut se retrouver associé unique de cette dernière. C’est notamment le cas lorsque les événements suivants se produisent :

  • Le retrait des associés ;
  • La cession des parts sociales par un associé ;
  • Le décès des associés.

Le retrait des associés

Conformément aux conditions prévues par les statuts d’une SCI, tout associé dispose du droit de sortir totalement de la société. Ainsi, ce retrait peut entraîner 3 types de conséquences :

  • Le rachat de ses parts sociales par l’associé restant : l’associé restant rachète les parts sociales de l’associé sortant, ce qui lui permet de devenir l’associé unique de la SCI sans nécessiter de diminuer le capital social de la société ;
  • Le rachat des parts sociales par la Société Civile Immobilière : les parts détenues par l’associé sortant sont rachetées par la société, ce qui entraîne leur annulation. Cela permet également à l’associé restant de devenir l’associé unique de la SCI. Toutefois, cette opération se traduit par une diminution du capital social de la société ;
  • Le rachat des parts sociales par un tiers : un nouvel associé intègre alors la SCI sans que cela n’impacte le montant du capital social ou le nombre de parts sociales.

Un associé se retire de la SCI

La cession des parts sociales de l’associé sortant

Dans le cas d’une SCI constituée de 2 associés et en cas de cession des parts sociales de l’associé sortant, l’associé restant peut simplement racheter les parts sociales de ce dernier dans les mêmes conditions que celles qui s’appliquent en cas de retrait. Aucune réduction de capital social n’est nécessaire, l’associé restant devient alors ici l’associé unique de la SCI.

Le décès des associés

Pour une SCI constituée de 2 associés et en cas du décès du second associé, l’associé restant dans la SCI peut acquérir les parts sociales du défunt à condition que les statuts de la société comprennent une clause d’agrément.

En effet, en vertu de l’article 1870 du Code Civil, les héritiers ou légataires d’un associé héritent automatiquement des parts sociales du défunt, à moins que les statuts de la société n’imposent une clause d’agrément de l’assemblée générale des associés de la SCI. Par exemple, les statuts peuvent établir la dissolution de la société en cas de décès de l’associé ou encore exiger la répartition des parts sociales de l’associé décédé entre le ou les associés demeurant dans la SCI. De même, ils peuvent également faciliter la continuité de l’activité avec les héritiers, sous réserve de certaines conditions telles que l’agrément des associés.

Si une clause d’agrément est prévue, l’associé restant est en droit de refuser d’agréer les héritiers potentiels en tant que nouveaux associés de la SCI. Dans ce cas, il pourra alors racheter les parts sociales et devenir l’associé unique de la société. Cependant, si les parts sociales du défunt sont transmises à son conjoint, celui-ci hérite alors automatiquement des parts sociales sans possibilité d’agrément.

Par ailleurs, en vue des défis juridiques et administratifs qui peuvent survenir au cours de la vie de la SCI, nous vous conseillons vivement de rédiger les statuts avec grande attention et de les réviser en cas de nécessité.

 Avez-vous pensé à Indy ?
En plus d’une aide précieuse dans votre comptabilité, Indy vous aide à créer votre SCI et à rédiger les statuts de votre société ! 🖊️
Je prends rendez-vous avec un conseiller

Les risques juridiques et les sanctions lorsque la SCI est constituée d’un associé unique

Comme nous venons de le constater, au cours de son existence, une SCI peut se transformer en SCI unipersonnelle. Toutefois, cela ne va pas sans risques. En effet, des risques peuvent survenir tant pour l’associé majoritaire, que l’associé minoritaire que tous les associés de manière globale.

Un associé unique se questionne quant aux risques qu'il encoure avec cette configuration en SCI

Les risques pour l’associé minoritaire

Un associé minoritaire détenant une seule ou peu de parts sociales peut voir sa position être considérée comme un prête-nom, ce qui implique qu’il n’est pas reconnu comme un véritable associé de la SCI selon la loi.

Cependant, ce dernier restant légalement responsable des dettes de la société, cette situation présente un risque potentiel. En effet, dans une Société Civile Immobilière, la responsabilité des associés est illimitée et proportionnelle à leurs apports au capital social.

Ainsi, si l’associé majoritaire gère mal les finances de la société, l’associé minoritaire court le risque que les créanciers de la SCI se tournent vers lui pour payer les dettes si les actifs de la société sont insuffisants.

Les risques pour l’associé majoritaire

Le rassemblement de toutes les parts sociales de la SCI entre les mains d’un seul associé conduit à la dissolution de la société.

Cependant, la dissolution comme la liquidation ne sont pas automatiquement enclenchées. En effet, si les statuts de la société ne prévoient pas la dissolution de la société dans ce cas de figure, l’associé dispose d’une période d’1 an pour régulariser la situation, sans quoi la sanction s’appliquera. De plus, les autorités administratives peuvent également faire preuve de tolérance en laissant la SCI continuer malgré cette irrégularité.

Par ailleurs, toute personne ayant un intérêt légitime, comme les héritiers de l’associé sortant ou un créancier, peut saisir le Tribunal de commerce pour demander la dissolution judiciaire de la SCI. Dans ce cas, le juge accorde à la société un délai de 6 mois pour se mettre en conformité. Si elle n’y parvient pas, la SCI sera alors dissoute, liquidée et cessera d’exister juridiquement.

À la suite de la dissolution de la SCI, l’associé unique récupère alors tous les actifs ainsi que le boni de liquidation correspondant aux moyens financiers dont dispose la société une fois toutes les dettes remboursées, y compris celles contractées auprès de ses associés.

💡 Connaissez-vous la procédure TUP (Transmission Universelle du Patrimoine) ? Cette dernière permet le transfert du patrimoine de la SCI à l’associé unique sans avoir recours à une liquidation judiciaire en cas de dissolution, simplifiant ainsi les formalités administratives.

Les risques pour tous les associés

Enfin, la constitution d’une SCI implique un investissement financier significatif. En effet, le coût de création est élevé notamment en raison du besoin de recourir à un professionnel du droit pour rédiger des statuts adaptés aux attentes des associés.

Par conséquent, il peut être plus avantageux de posséder un bien immobilier à titre personnel plutôt que par le biais d’une SCI afin d’éviter les complications liées à la création de cette dernière.

Quelles sont les étapes liées à la dissolution et à la liquidation d’une SCI ?

La dissolution

Que la décision soit prononcée par un juge ou volontaire, les étapes pour dissoudre une SCI sont identiques :

  1. L’associé unique de la SCI formalise sa décision dans un PV d’AG (Procès-Verbal d’Assemblée Générale) ;
  2. Un liquidateur est nommé (il peut s’agir de l’associé lui-même) ;
  3. Un avis de dissolution est publié dans un Journal d’Annonces Légales (JAL) ;
  4. Le dossier de dissolution est transmis au Greffe du tribunal de commerce via le guichet unique de l’INPI dans les 30 jours suivant le procès-verbal de dissolution.

La liquidation

La liquidation d’une SCI se produit en 5 étapes principales :

  1. Le liquidateur réalise un inventaire complet de l’actif et du passif de la SCI ;
  2. Il élabore les comptes de clôture qui doivent être validés par l’associé ;
  3. Si nécessaire, il répartit le boni de liquidation ;
  4. Le liquidateur rédige le procès-verbal de liquidation ;
  5. Le dossier de liquidation est déposé sur le guichet unique afin de demander la radiation de la société des registres.

Créez votre SCI avec Indy !

La création d'une SCI avec Indy

Bien plus qu’un simple logiciel de comptabilité en ligne, Indy vous propose un accompagnement complet pour créer votre SCI.

Prenez rendez-vous avec l’un de nos conseillers expertisés. Un spécialiste vous accompagnera dans toutes vos démarches : régime fiscal, rémunération, aides, etc.

Indy vous aide également dans la rédaction des statuts de la société qui constitue l’une des étapes importantes pour sa création.

En bref, vous n’avez qu’à remplir vos informations, transférer les documents et Indy se charge du reste.

Une fois votre dossier examiné et validé par le Greffe, vous recevez vos identifiants et documents dans un délai moyen de 48 heures. Vous pourrez alors démarrer votre activité en toute légalité.

Une aide précieuse dans votre comptabilité

Indy, c’est également une application de comptabilité tout-en-un grâce à laquelle vos tâches comptables deviendront un vrai jeu d’enfant ! Avec Indy, fini les heures passées sur votre comptabilité, profitez désormais :

  • D’un outil de pilotage pour suivre votre flux de trésorerie en temps réel ;
  • De l’édition automatique de vos documents comptables à l’aide de vos données ;
  • Du remplissage et de l’envoi automatisé de vos déclarations fiscales (formulaire 2072, déclaration 2044, etc.) ;
  • Du rappel de vos échéances comptables pour ne manquer aucune date butoir ;
  • D’un compte pro 100% gratuit incluant le dépôt de capital à 0€ ;
  • D’un accompagnement personnalisé pour vous aider en cas de besoin ;
  • … Et bien plus encore ! 🤩

 Simplifiez votre comptabilité avec Indy ! 👌
Nul besoin d’être un expert-comptable, avec Indy, votre comptabilité est simplifiée et automatisée au maximum, vous permettant ainsi de vous concentrer pleinement sur votre activité principale !
Je fais ma comptabilité sur Indy

Pour en savoir plus sur l’application comptable Indy, c’est par ici ! 👇

FAQ – Questions / Réponses

Comment créer une SCI seul ?

Créer une SCI seul est impossible.

Cependant, si vous souhaitez créer une SCI, voici les 4 étapes à suivre pour créer votre SCI :

  1. Rédiger les statuts de la SCI ;
  2. Ouvrir un compte professionnel : il ne s’agit pas d’une obligation en SCI, toutefois, en disposer est fortement recommandé. En effet, vous bénéficierez ainsi de fonctionnalités supplémentaires avec notamment des outils de comptabilité. De plus, cela permet d’établir une séparation claire entre vos dépenses personnelles et professionnelles ;
  3. Effectuer le dépôt de capital social : en SCI, il n’y a pas de montant minimum requis pour cette démarche, un montant symbolique de 1€ suffit ;
  4. Publier un avis de création dans un JAL : l’annonce doit comprendre plusieurs mentions obligatoires à savoir la dénomination sociale (le nom de la société), la forme juridique, le nom du ou des gérants de la société, l’adresse du siège social de la SCI et la date de début d’activité ;
  5. Réaliser les formalités en ligne avec notamment l’immatriculation de la SCI auprès du guichet unique de l’INPI pour être enregistré au RNE (Registre National des Entreprises). Cette démarche est administrée par l’INPI seulement depuis le 1er janvier 2023. Avant, l’immatriculation se faisait via les CFE (Centre de Formalités des Entreprises).

💰 Bon à savoir : le dépôt de capital social de la SCI n’est pas nécessairement exigé avant la constitution de cette dernière, il peut être effectué après la réception du Kbis.

Illustration sur les étapes de création d'une SCI

Combien coûte la création d’une SCI ?

La création d’une SCI implique différents coûts. En effet, pour l’immatriculation auprès de l’INPI, le coût moyen est de 66,88€. Pour ce qui est des frais d’annonces légales, ceux-ci oscillent entre 185€ et 217€ selon le département de publication. De plus, bien que seul un capital social symbolique de 1€ soit requis, des frais peuvent s’appliquer concernant la procédure de dépôt de capital, variant généralement entre 0€ et 100€ voire plus. Enfin, la rédaction des statuts présente également un coût estimé entre 1500€ et 2500€ si vous décidez de faire appel à un avocat, un notaire ou un expert-comptable.

Pourquoi créer une SCI seul ?

Bien qu’il soit tentant de créer une SCI seul comme c’est possible en SAS et en SARL avec la constitution d’une SASU et d’une EURL, sachez que la loi ne le permet pas pour les SCI. Ainsi, si vous souhaitez entreprendre seul pour avoir le contrôle total sur votre société, nous vous conseillons de vous tourner vers un autre statut juridique.

Une question supplémentaire au sujet de cet article ou un avis à nous transmettre ? Nous vous attendons dans l’espace commentaire ci-dessous ! 🤗

Découvrez l'application tout-en-un des SCI - Créer un compte
par Lauriane Kadri

Lauriane est rédactrice de contenus chez Indy. Elle a la vocation de vous aider à devenir indépendants sur votre comptabilité.