Comment définir son salaire en Freelance ?

Vous souhaitez vous lancer en tant que freelance et voulez savoir quel salaire vous pourrez toucher ? Pour cela, il est primordial de déterminer le montant que vous allez facturer à vos clients. Il sera alors nécessaire de prendre en compte de nombreux éléments. Quels sont-ils ? Qu'est-ce que le TJM ? Vous saurez tout sur le salaire du travailleur indépendant !

Comment définir son salaire en Freelance ?

💡 Le saviez-vous ?
Confier sa comptabilité à un expert-comptable n’est pas obligatoire. Indy accompagne les freelances dans leur comptabilité ! Vos déclarations en quelques clics 💻
Essayer Indy gratuitement

Comment se rémunère le freelance ?

Le salaire

Le statut d’indépendant est à l’opposé du statut de salarié. Contrairement au salarié qui reçoit sa rémunération tous les mois, le freelance sera généralement payé après chacune de ses missions. Le salaire d’un freelance, est donc très rarement fixe.

Ainsi, la fixation d’un salaire en CDI et d’un salaire de freelance, se fait via des règles très différentes.

L’indépendant reçoit un revenu suite à son activité (ses missions), néanmoins le montant qu’il pourra réellement se verser ne correspond pas à cette somme. En effet, le bénéfice distribuable dépendra du statut choisi lors de la création de l’entreprise, et ainsi des charges qu’il devra payer. Ces charges ne seront pas les mêmes si le freelance est en entreprise individuelle, en société ou encore en micro-entreprise.

💡 Vos frais de fonctionnement, auront également un impact sur votre salaire !

L’indépendant fixe son Taux Journalier Moyen (TJM), et en fonction de ce dernier, établit une facture à destination de son client.

Avant de vous lancer à votre compte, nous vous recommandons vivement d’analyse les TJM pratiqués sur le marché. Nous reviendrons sur ce terme dans une seconde partie.

Les dividendes

Le freelance en société (SASU ou EURL), pourra également se verser des dividendes en tant qu’actionnaire de sa société.

Les conditions à respecter

Pour pouvoir se verser ces sommes, 3 conditions doivent être réunies :

  1. Le freelance a validé ses comptes : les comptes annuels de l’entreprise devront être validés pour procéder à la distribution des dividendes. Ces derniers, établis à la clôture de l’exercice comptable, seront par la suite déposés. Par ailleurs, la distribution des dividendes peut faire l’objet d’un acompte, consistant à anticiper les comptes annuels d’un exercice et donc de prévoir à l’avance le bénéfice de la société.
  2. Le capital de la société a été entièrement libéré ;
  3. Le freelance doit constater l’existence de sommes distribuables : les bénéfices, les réserves distribuables et le report à un créditeur existant (ou à un nouveau bénéficiaire) pourront être distribués sous forme de dividendes à condition que les pertes antérieures de la société aient été apurées.

💡 En société unipersonnelle à associé unique, la décision de se verser des dividendes ne nécessite pas la tenue d’une Assemblée Générale à proprement parler. La décision de l’actionnaire devra simplement faire l’objet d’un procès-verbal.

Les charges sur les dividendes

Les dividendes, sont soumis à imposition. Il existe deux systèmes d’imposition sur les dividendes :

  • Le prélèvement forfaitaire unique (PFU, ou “flat tax”) à hauteur de 30 %. Vous aurez un premier prélèvement de 12,8 % au titre de l’impôt sur le revenu, un second de 17,2 % au moment de la déclaration de revenus ;
  • Le barème progressif de l’impôt sur le revenu, mis à jour chaque année, et qui se base sur le système du quotient familial et des tranches. Vous pourrez recevoir un abattement de 40 % sur le montant imposable de vos dividendes et une déductibilité partielle de 6,8 % de la CSG.

Fixation du salaire grâce au Taux Journalier Moyen

Le tarif, ou Taux Journalier Moyen, également appelé TJM, est tout simplement le montant de rémunération qu’un freelance facture à son client par journées de travail. Ce dernier est généralement exprimé hors taxe, il pourra également être exprimé en TTC. Il est impératif de connaître votre TJM puisque c’est cet indice qui va vous permettre de savoir si vous êtes rentables ou non !

Ce dernier ne devra être, en aucun cas, sous-évalué. En effet, si le prix proposé pour une mission est inférieur à votre TJM, il est fort probable que vous travailliez à perte.

Lorsque l’on débute une activité d’indépendant, il n’est pas toujours évident de fixer son tarif journalier moyen, d’autant plus s’il s’agit de votre première expérience professionnelle. Il est effectivement difficile d’estimer le prix à la hauteur de la qualité de votre prestation, sans qu’il soit trop élevé par rapport à vos concurrents, tout en considérant la rentabilité nécessaire à votre activité.

💡 Le taux moyen horaire (TMH) est un autre indice pouvant vous être utile. Il s’agit simplement de votre TMJ répercuté sur le nombre d’heures que vous consacrez chaque jour à votre activité. Il est surtout utilisé pour des missions particulièrement courtes.

une freelance travaillant

Quels critères prendre en compte pour fixer votre TJM ?

Analyse des prix pratiqués sur le marché

Dans un premier temps, il est important d’avoir en tête que le Taux Journalier Moyen, ne sera pas le même en fonction de la nature de votre activité. En effet, un freelance travaillant dans l’informatique ne sera pas payé le même prix qu’un rédacteur SEO. Certaines compétences sont plus recherchées que d’autres, ce qui fait monter le TJM moyen.

Inspirez-vous des TJM pratiqués par les freelances qui exercent la même activité que vous. Pour cela, n’hésitez pas à à consulter les différentes plateformes destinées aux freelances. Ces dernières pourront vous donner un aperçu des taux généralement pratiqués.

Attention néanmoins, à bien prendre en compte votre expérience professionnelle. Un freelance se lançant à son compte ne devra pas facturer au même taux qu’un indépendant doté de nombreuses années d’expérience.

Prise en compte de vos charges liées au choix de votre statut

Comme indiqué plus haut, les charges à payer en tant que freelance, seront différentes en fonction du statut choisi lors de la création de votre entreprise.

Les charges sociales en auto-entreprise

Le statut privilégié par les freelances est celui de l’auto-entreprise (également appelée micro-entreprise). Ce dernier est effectivement le plus simple et rapide à mettre en place, il permet également de bénéficier de charges sociales plus avantageuses.

Ici, le montant des charges sociales correspond à 12,3% du chiffre d’affaires pour les activités d’achat ou de revente de marchandises et à 21,2% pour les activités de prestation de services.

Le micro-entrepreneur à le statut de TNS (Travailleur Non Salarié), ce dernier dépend donc de la sécurité sociale des indépendants (SSI). La couverture sociale d’un TNS est allégée par rapport à celle d’un salarié. Ici, vous cotisez très peu à la retraite complémentaire ainsi les montants des indemnités journalières versées en cas d’arrêt de travail sont plus faibles que pour les autres statuts.

Les charges sociales en EI

L’entrepreneur individuel à également le statut de TNS. Ses charges sociales s’élèvent en moyenne à 44 % du revenu imposable. Elles sont donc plus élevées qu’en micro.

Les charges sociales en SASU

En SASU, le dirigeant est assimilé-salarié. Ce dernier devra s’acquitter de charges sociales qu’en cas de rémunération au titre de son mandat social. Le montant des charges sociales correspond à environ 82% de la rémunération qu’il se verse.

Les charges sociales en EURL

En EURL, le dirigeant associé est TNS. Ce dernier dépendra alors de la sécurité sociale des indépendants (SSI). L’entrepreneur est soumis à des cotisations sociales minimales. Le taux moyen de cotisations sociales est de 45% des revenus professionnels distribués au gérant de l’entreprise.

💡 Si le freelance bénéficie de l’ACRE, ses cotisations sociales pourront être réduites de moitié au cours de la première année d’activité.

Comment calculer le TJM

Maintenant que vous avez une idée des charges qui vous incomberont en tant que freelance, mais aussi, du salaire net que vous visez, vous pouvez passer au calcul du TJM.

La formule est la suivante :

TJM = (Salaire net annuel espéré + charges annuelles) / nombre de jours travaillés et facturés.

Un exemple sera peut-être plus parlant :

Vous êtes en EI. Vous souhaitez vous verser un salaire mensuel net de 2 500 €, en travaillant 20 jours par mois.

  • Ajoutez les cotisations sociales : + 44% = 3 600 €
  • Vous avez un contrat de mutuelle : + 40 € = 3 640 €
  • Cela fait un montant total de 3 640 €.

Pour calculer votre TJM, il vous suffit alors de diviser ce montant par 20 : 3640/20 = 182

182 € correspond donc au tarif que vous devez facturer à vos clients pour une journée de travail, pour être rentable.

💡 De nombreux simulateurs sont disponibles sur le net ! Ils vous permettront de calculer votre TJM en quelques clics 💻

Pour conclure, la rémunération du freelance dépendra du Taux Journalier Moyen appliqué par ce dernier. Ce taux correspond au salaire souhaité par l’indépendant imputé des différentes charges à payer. Ce taux est essentiel, puisqu’il permettra de savoir si son activité est rentable ou s’il travaille en perte. Enfin, il est possible pour le freelance en société de se verser des dividendes en tant qu’actionnaire de sa société.

FAQ

Qu’est-ce que signifie le mot freelance ?

Le terme freelance est un anglicisme, il désigne simplement une personne qui exerce une activité professionnelle de façon indépendante sans être liée de manière exclusive à un employeur.

Comment calculer le salaire d’un freelance ?

Pour calculer le prix d’un freelance, il sera dans un premier temps nécessaire de consulter les prix du marché, et les charges inhérentes à son statut juridique. La formule à appliquer est la suivante : TJM = (Salaire net annuel espéré – charges annuelles) / nombre de jours travaillés et facturés.

Enfin, de nombreux sites internet vous facilitent la tâche en vous proposant des simulations en fonction de votre situation.

Quelle activité gagne le plus ?

Les consultants RH, mais aussi les métiers de l’informatique sont particulièrement lucratifs. Nous retrouvons notamment les consultants freelance en informatique, les experts en cyber-sécurité (avec des TJM pouvant aller jusqu’à 1 200€) ou encore les développeurs web. Les activités dans la communication peuvent également proposer des TJM particulièrement élevés. Les consultants marketing peuvent par exemple facturer jusqu’à 700 €, la journée de travail.

par Julie Pay Vargas

Julie est rédactrice de contenu chez Indy. Spécialiste des entreprises soumises à l'impôt sur les sociétés, elle partage toutes ses connaissances afin de rendre la comptabilité accessible à tous !